Johanne Verbockhaven expose à 100 mètres de l’Atomium !



« When silence speaks – Heart of a forgotten land » est une exposition personnelle de la photographe belge Johanne Verbockhaven.
L’Art & Design Atomium Museum (ADAM) accueille, dans Gallery 2, une série de photographies de grand format issue de ses travaux ethno-photographiques réalisés dans la péninsule du Hornstrandir (nord-ouest de l’Islande).
Au travers de ses photographies, Johanne Verbockhaven (née en 1974) aborde des questions liées à la mémoire et à l’oubli à travers les dimensions du silence, de l’absence et de la trace. Cette région des fjords islandais s’est vidée de ses habitants au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Les fermiers, attirés par une modernité naissante dans les villes, ont graduellement abandonné leurs terres et leurs fermes. La construction de bases militaires dans cette zone pré-arctique à l’époque fut, également, l’un des éléments déclencheur de cet exode rural.
Pour Johanne Verbockhaven, photographe et doctorante (Photographie & Anthropologie), ce fait socio-historique est devenu un terrain de recherches anthropologique et artistique qu’elle mène au Laboratoire d’Anthropologie Prospective (LAAP) de l’Université catholique de Louvain (UCL, Belgique).
Durant les quinze premiers jours d’accrochage, Johanne Verbockhaven travaillera dans les salles d’exposition à l’ADAM. Il en résultera un environnement multidisciplinaire (photographies, sons, vidéos, …).
En 2015, Johanne Verbockhaven a reçu le prix Atomium au Salon Europe Refresh ii (Bruxelles). Ce soutien financier a notamment permis le tirage des photographies aujourd’hui exposées à l’ADAM.
« When silence speaks – Heart of a forgotten land » est une exposition personnelle de la photographe belge Johanne Verbockhaven, jusqu’au 19 mars au Art & Design Atomium Museum (ADAM), Place de Belgique, à Laeken, à 100m de l’Atomium. Horaires d’ouverture : tous les jours de 10h00 à 18h00, sauf les mardis. Renseignements : www.adamuseum.be/home-museum

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article