CETA : la voix des citoyens et l’analyse de fond sont entendues

Les parlementaires wallons, réunis en séance extraordinaire à Namur, viennent d’adopter une résolution visant à refuser les pleins pouvoirs au gouvernement fédéral pour signer le CETA, le traité commercial et économique entre l’Europe et le Canada. Un choix courageux salué par le CNCD-11.11.11. Les préoccupations exprimées par des milliers de citoyens belges et soutenues par un large panel d’organisations de la société civile sont entendues.
Le Parlement et le gouvernement de la Wallonie rejoignent aujourd’hui la position adoptée mercredi par la Fédération Wallonie-Bruxelles. La Belgique ne pourra pas signer le CETA s’il n’est pas corrigé en profondeur. Le travail d’analyse et de mobilisation d’organisations et mouvements d’une rare diversité mené depuis de nombreuses années sont entendus, on ne peut que s’en réjouir. Les risques sérieux pour la santé, les emplois, les salaires sont ainsi déjoués.
Il se confirme donc que la Belgique fait partie des 6 pays européens qui ne sont pas en mesure de signer le CETA tel qu’il est proposé.
Des propositions concrètes pour corriger le CETA sont encore sur la table, aux cas où les négociateurs souhaiteraient vraiment faire de ce traité un traité acceptable par tous.
Il est temps maintenant d’ouvrir enfin le débat sur des alternatives pour un commerce mondial au service des droits humains et du développement durable.

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article