Barrer la route à la violence sexiste

Bianca Debaets lance une nouvelle campagne contre le harcèlement sexuel
La Secrétaire d’État à l’Égalité des Chances lance aujourd’hui une nouvelle campagne ‘Signale la violence’ contre le harcèlement sexuel dans l’espace public bruxellois. La campagne pointe du doigt les agresseurs par rapport à leur comportement intolérable. Les témoins de violence à l’encontre des femmes et des holebis sont appelés à intervenir et à signaler la violence en compagnie de la victime. Une attention particulière est accordée aux hommes en tant qu’alliés potentiels dans la lutte contre le harcèlement sexuel.
Le sexisme et le harcèlement sexuel dans l’espace public restent un problème majeur. Des enquêtes révèlent que 30% des femmes ont déjà été victimes de violence, 60% de harcèlement sexuel et que 90% des personnes homosexuelles ont déjà subi des violences physiques ou sexuelles. Les études sont confirmées par des témoignages de victimes comme ceux de l’association #WieOverdrijvenNiet (Nous n’Exagérons Pas) ou de l’étudiante Elisa Vergote agressée en début d’année dans le métro sans aucune réaction des témoins de la scène.
« Tout le monde a le droit d’être soi-même dans l’espace public. Voilà pourquoi nous lançons la campagne ‘Signale la violence’, principalement pour dénoncer les agresseurs par rapport à leur comportement intolérable. Les témoins de violence sexuelle sont appelés à ne pas rester indifférents, mais à intervenir et à aider la victime, notamment pour signaler la violence à la police », précise Bianca Debaets, Secrétaire d’État bruxelloise à l’Égalité des Chances. « Chaque Bruxellois qui prend au sérieux la violence envers les femmes et les homosexuels peut faire entendre sa voix. Souvent, quand une personne dit quelque chose, les autres suivent. Ainsi, nous pouvons parvenir à un changement durable des mentalités en Région bruxelloise et nous barrons la route aux violences sexiste ».
La campagne invite les témoins à ne pas rester indifférents par rapport au harcèlement sexuel. Parmi les conseils pratiques pour aider une victime, retenons le fait de s’approcher de la victime sans contact visuel avec l’auteur de l’agression ou également la nécessité d’aider la victime à se réfugier au plus vite dans un endroit sécurisé. Il est aussi très important de témoigner en allant dénoncer les faits à la police. D’autre part, les hommes sont appelés à jouer un rôle important : en montrant le bon exemple, en apparaissant comme des modèles à suivre en la matière ou en réagissant directement face à des comportements déplacés, les hommes peuvent en fait devenir les premiers alliés dans la lutte contre le harcèlement sexuel.
La campagne durera jusqu’au début du mois de décembre avec un affichage sur des bus de la STIB ou la diffusion de brochures. De plus, des insultes du type ‘pédé’ ou ‘pute’ seront littéralement visibles en pleine rue, le vendredi soir près des Halles Saint-Géry ou le samedi après-midi dans la Rue Neuve. Ainsi, les Bruxellois seront interpellés et conscientisés par rapport à l’impact du harcèlement sexuel, tout en étant invités à être des alliés des victimes. Pour plus d’infos : www.signalelaviolence.brussels.

Votre avis nous intéresse!

Avis