Zelos

2018, une année sportive palpitante en perspective

Pour Zelos, cette année 2017 est à marquer d’une pierre blanche. Les bonnes nouvelles ont en effet été nombreuses en cette fin d’année pour nos quatre pilotes : la signature de Xavier Siméon est un premier aboutissement pour Xavier mais aussi pour la structure que Freddy Tacheny a mis en place il y a 5 ans. La filière belge en moto de vitesse est une réalité et le fait que le team Reale Avintia Racing accueille nos trois pilotes Black Knights renforce encore ce sentiment d’équipe nationale.

Livio Loi en Moto 3 et Barry Baltus en CEV rouleront en effet au sein de la très professionnelle équipe espagnole. En outre, Barry Baltus a brillamment réussi sa sélection dans la très prisée Red Bull Rookies Cup. A 13 ans à peine, notre « rookie » a toutes les cartes en mains pour poursuivre son ascension. Enfin, en sport auto, Guillaume De Ridder a confirmé en rallycross les espoirs placés en lui en début d’année.

2017 a en effet été l’occasion pour Zelos de s’investir en sport automobile. Son partenariat avec le circuit de Mettet avait déjà amené la PME de Mont St Guibert à « se tremper » dans l’ambiance du rallycross avec l’organisation de la manche belge du World RX, le championnat du monde de la spécialité. Séduit par cette discipline en plein essor, Zelos a donc décidé d’entamer une démarche identique à celle lancée en moto il y a 5 ans, c’est-à-dire mettre sur pied une filière belge. Guillaume De Ridder est le premier pilote à bénéficier de cet encadrement et il a parfaitement atteint ses objectifs en terminant 3e du championnat du monde RX3, l’antichambre du World RX.

En Belgique, Zelos, en partenariat avec SsangYong, a mis sur pied la première coupe mono-marque organisée en rallycross avec la Ladbrokes SRX Cup. Cette première saison fut un vrai succès avec une dizaine de voitures présentes à chaque course, un championnat disputé qui a vu Loris Cencetti jr émerger ors du dernier rendez-vous et une belle palette de pilotes belges découvrir l’ambiance et l’adrénaline procurée par ces sprints très courts : Ghislain de Mevius, Cédric Cherain, Stéphane Lémeret, Bert et Stiennes Longin, Benjamin Lessennes et bien d’autres ont été enchantés de l’expérience. En 2018, la SRX Cup continue, avec une alternance de courses sprints – dans le cadre du championnat de Belgique de la spécialité – et endurances.

Zelos, c’est également des « événements » comme le Bikersland Festival de la Moto qui se déroulera à Mettet du 18 au 20 mars prochain, le célèbre Superbiker, mais aussi des trails comme la Military Run et, en 2018, le trail des vignobles. Zelos, c’est encore de la communication et de l’information avec le site GP-Inside, premier site en Francophonie consacré à la moto de vitesse, un Black Knights Club qui permet aux passionnés de moto de suivre les Grand Prix de l’intérieur, de la production d’émissions télévisées, la Coyote Bikers’ Card ou encore une régie commerciale.

GUILLAUME DE RIDDER
Un podium dès sa première saison

Guillaume De Ridder n’est décidément pas un garçon comme les autres. Du kart au rallycross, en passant par le rallye, sa trajectoire de pilote est à nulle autre pareille et peut sembler tourmentée. Mais le Nivellois a les pieds bien sur terre et la tête bien faite comme en témoigne son récent engagement comme ingénieur dans la prestigieuse équipe Renault F1. Il sait ce qu’il veut… et encore plus ce qu’il ne veut pas.
Grâce à Zelos, il a réussi sa reconversion vers le rallycross où il a disputé cette saison le championnat du Monde de RX2, l’antichambre en quelque sorte du World RX rallycross. Guillaume a rapidement pris ses marques au point de monter rapidement sur le podium et de batailler pour terminer dans le Top 3 du championnat. Grâce à une victoire en course de qualification – et le meilleur tour – lors de la dernière course du championnat, à Cape Town (South Africa), Guillaume De Ridder a réussi sa fin de saison. SI son avenir n’est aujourd’hui pas encore assuré, l’objectif est bien entendu de repartir pour une saison en RX2 avec le titre en ligne de mire.

L’avis de Guillaume De Ridder

Le World RX avec l’arrivée de stars comme Petter Solberg, Mattias Ekström ou Sébastien Loeb a « boosté » la discipline Rallycross. Chaque année, le public est plus nombreux sur les manches mondiales. Les voitures de pointe ont évolué : elles sont spectaculaires, accélèrent plus vite qu’une F1 sur le 0 à 100 km/h et sont très bien conduites. Les organisateurs ont bien compris les possibilités de développement. C’est pour cela aussi qu’ils ont renommé la division 2 qui est désormais appelée RX2. C’est un vrai show, tourné vers les spectateurs qui n’ont pas de difficulté à suivre l’évolution d’une course : ils voient tout, c’est intense et court et le premier qui passe la ligne a gagné !
Contrairement à ce qu’on croit, le pilotage en rallycross est devenu hyper-précis et stratégique. D’un côté, pendant les qualifications, c’est le temps combiné des 4 tours qui prévaut pour passer en demi-finales. Il s’agit donc d’être performant sur 4 tours, de faire 4 tours « qualifs » sans faire la moindre erreur. Sur les parties terre, ce n’est pas évident. En World RX et en RX2, cela se joue au 1/10 de seconde ! Stratégique ensuite car l’introduction du « joker lap » a donné une nouvelle dimension à la discipline. Il faut que le pilote choisisse le moment idéal pour faire ce tour « allongé » obligatoire. Et puis, le temps d’adaptation est réduit, parce que, si vous ne connaissez pas les circuits, comme moi cette année en RX2, tu n’as que deux fois 4 tours d’essais libres pour découvrir et assimiler les trajectoires et les subtilités du tracé et pour choisir ton « set-up ». Ce n’est vraiment pas beaucoup ! Mon expérience d’ingénieur et du kart m’aide pour le set-up alors que ma capacité d’adaptation de rallyman m’aide pour les trajectoires et les petits trucs à découvrir pour éviter les pièges des tracés. En plus, on doit gérer les pneus, car avec 8 pneus autorisés par week-end, dont 4 neufs, il faut réfléchir. Ce sont des pneus hyper-tendres et qui perdent très vite leur efficacité. C’est vraiment un pilotage gratifiant ! Un peu comme en course de côte, il faut être à 100% dès les premiers mètres, ne pas commettre la moindre petite erreur, avoir la tête froide pour choisir le bon moment pour le joker lap… tout cela demande une bonne condition physique et être bien dans sa tête. Damien Dupont m’aide vraiment beaucoup sur tout ce plan de la préparation physique.»

Palmarès
Né 19/01/1993 à Nivelles

2017
2016 3e Championnat Monde RX2
2014 1er du championnat de Belgique Groupe N
2013 7e du championnat de Belgique Junior
Finaliste du volant RACB National Team Rallye
2011 Vice-Champion de France
2010 Champion de Belgique
Champion du Benelux
5e du Championnat d’Europe
3e des 24H du Mans Karting
Vainqueur des 200km d’Angerville
2009 3e du Championnat de Belgique (1 er Rookie)
3e du Championnat de France (1 er Rookie)

Calendrier 2018
• 15 April World RX2 Barcelone (Spain)
• 29 April World RX2 Montalegre (Portugal)
• 13 May World RX2 Mettet (Belgium)
• 27 May World RX2 Silverstone (Great-Britain)
• 10 June World RX2 Hell (Norway)
• 01 July World RX2 Holjes (Sweden)
• 05 August World RX2 Trois-Rivières (Canada)
• 02 September World RX2 Lohéac (France)
• 16 September World RX2 Riga (Latvia)
• 30 September World RX2 Cota (USA)
• 14 October World RX2 Estering (Germany)
• 25 November World RX2 Cape Town (South Africa)

Votre avis nous intéresse!

Avis