Waterloo La Commune doit assurer la sécurité dans le Bois du Berlaymont

Waterloo
La Commune doit assurer la sécurité dans le Bois du Berlaymont

Le VTT ne pourra plus y être pratiqué, pour des raisons de sécurité, mais aussi pour sauvegarder les arbres. La Commune est cependant disposée à maintenir le dialogue avec les vététistes.

Depuis ce jeudi 30 novembre, la Commune de Waterloo est officiellement propriétaire de deux nouvelles parcelles, le long de la chaussée de Tervuren. Une acquisition motivée par la volonté de préserver le bois, écran sonore et visuel bien utile à proximité du Ring.
Pour rappel, l’ancien propriétaire de la zone forestière envisageait de l’exploiter, c’est-à-dire d’abattre les arbres pour en vendre le bois. Ayant eu vent de ce projet, la Commune a fait une proposition d’achat. Mais avant de le finaliser, elle a demandé une estimation de sa valeur, ainsi que l’avis du Département de la Nature et des Forêts (DNF).
Trop de risques pour le bois… et les usagers
Après une visite des lieux, les experts de la DNF ont notamment estimé que la piste de VTT aménagée sur le site engendrait des risques. Au fil du temps, le système racinaire de certains arbres a été fortement endommagé. L’usage régulier de la piste a aussi modifié la compacité du sol et sa capacité d’absorption.
Leur conclusion était sans appel : en cas de vent violent, l’érosion accélérée du terrain augmentait le danger de chutes d’arbres sur les promeneurs ou sur le Ring. De même, les travaux de terrassement réalisés par les vététistes ont eu pour effet de modifier le relief du site, ce qui présentait un risque supplémentaire pour les usagers. Le danger était trop important pour un bois pouvant être traversé par de nombreuses personnes, notamment les jeunes se rendant dans l’un des clubs sportifs ou l’une des écoles du site d’Argenteuil. La DNF refusait d’ailleurs de reprendre la gestion du site sans remise en état préalable.
Désormais propriétaire de ces terrains, la Commune devient aussi civilement responsable des accidents qui y seraient causés par défaut d’entretien.
Le dialogue reste ouvert
Pour toutes ces raisons, la poursuite du VTT n’est plus envisageable sur ce site, que ce soit pour préserver l’environnement ou pour garantir la sécurité publique.
La décision d’aplanir ce circuit n’est donc ni arbitraire, ni guidée par une volonté d’empêcher la pratique de ce sport par les jeunes. L’administration communale regrette d’ailleurs certaines réactions sur les réseaux sociaux, alors qu’elle n’avait jusqu’à présent jamais été directement contactée à ce sujet.
La Commune reste cependant disposée à entretenir un dialogue constructif et serein avec les vététistes. Deux de leurs représentants ont ainsi été reçus, ce lundi 4 décembre, pour un premier contact officiel avec l’administration communale. Il a été convenu de se revoir afin d’envisager les diverses solutions possibles pour une éventuelle relocalisation de cette piste de VTT.

Votre avis nous intéresse!

Avis