Un « socle européen des droits sociaux »,

Un « socle européen des droits sociaux »,
un premier pas pour une Europe véritablement sociale ?

Ce 26 avril, la Commission européenne a lancé son très attendu ‘socle européen des droits sociaux’.

Ce programme, même s’il doit encore faire l’objet d’une analyse minutieuse, est une chance unique d’œuvrer enfin à une Europe sociale, condition sine qua non pour réconcilier les citoyens avec le projet européen.

Une réconciliation dont il est grand temps de mesurer l’urgence au regard du Brexit, de la montée des nationalismes et autres discours anti-européens qui ne cessent de rencontrer un succès toujours plus inquiétant.
Dans cette perspective, la FGTB ne peut que se réjouir de voir le social à l’agenda européen.

D’autant que les propositions en matière d’équilibre vie privée – vie professionnelle, notamment au travers d’une amélioration du congé parental, rencontrent l’intérêt des travailleurs, même si elles n’améliorent pas encore la protection contre le licenciement des femmes de retour de congé de maternité. Ces propositions doivent être considérées comme une première étape dans notre combat pour une plus grande égalité femmes-hommes.

Si la FGTB salue certaines propositions et orientations, elle reste sur sa faim quant à la mise en œuvre de ce socle européen des droits sociaux puisqu’il s’agit surtout d’orientations adressées aux Etats membres. Très peu d’actions concrètes sont envisagées. Or il y a urgence.

Par ailleurs, certaines avancées indispensables à une Europe sociale ambitieuse, et prônées par la FGTB, manquent à l’appel. Ainsi, la lutte contre le dumping social est insuffisante, voire inexistante, alors qu’il est indispensable de mettre fin à un système qui met en péril les salaires, les emplois et la sécurité des travailleurs.

Enfin, une Europe sociale ne peut se construire en vase clos. Elle doit, pour atteindre ses objectifs, s’accompagner d’une remise en cause des politiques d’austérité. Elle doit aussi être suivie par une politique de relance durable efficace et d’augmentation du pouvoir d’achat.
La Commission européenne fait beaucoup de promesses mais il faudra voir comment elles pourront être concrétisées. Cela suppose aussi que les interlocuteurs sociaux soient associés à la mise en œuvre de ce socle de droits sociaux européens dans le cadre de la concertation sociale notamment.

Au gouvernement belge maintenant de travailler à mettre en œuvre rapidement les orientations positives et à influencer le processus européen pour qu’il réponde rapidement aux réels besoins des travailleurs et allocataires sociaux.
FGTB

Votre avis nous intéresse!

Avis