Un réseau de radios pour les télés locales ne pourrait voir le jour que sur les fréquences publiques

Ce jour, le journal L’Echo fait état du projet des télévisions locales BX1, Télésambre et RTC Télé Liège de se porter candidates dans le cadre du plan de fréquences pour l’obtention d’un réseau de radios propre.

S’il considère l’initiative audacieuse, Eric Adelbrecht, Directeur général des radios de RTL Belgium, considère qu’elle se doit de relever intégralement du secteur public et, partant, qu’elle ne peut impacter le nombre de fréquences dévolues aux radios issues du secteur privé.

 

Dans le cadre du plan de fréquences (tant FM que numérique), la Fédération Wallonie-Bruxelles distingue de fait les secteurs privé et public. Ainsi, en FM, les radios privées se partagent 10 réseaux de qualités diverses (2 réseaux urbains, 4 réseaux communautaires et 4 réseaux provinciaux) tandis que les radios publiques (de la RTBF uniquement à ce stade) disposent de 5 réseaux communautaires.

 

Pour Eric Adelbrecht, la candidature des télévisions locales – si elle devait se concrétiser – ne pourrait qu’impacter les fréquences attribuées au secteur public, en aucun cas celles prévues pour les initiatives privées. La nature, les missions et la source de financement des télévisions locales sont autant d’éléments qui justifient leur statut de « services télévisuels locaux de service public » tel que défini par le Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA).

 

« En tant que groupe privé, notre priorité a toujours été de développer une offre radiophonique diversifiée à même de satisfaire de nouveaux publics », relève Eric Adelbrecht. « Pour y parvenir, il est impératif de bien veiller à ce que le secteur privé dispose d’un espace suffisant pour initier de nouveaux projets »

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article