Un Belge aurait participé à la dissimulation des dangers potentiels du #Roundup

Selon des documents révélés par la justice californienne dans le cadre d’un procès contre la multinationale Monsanto, le géant américain de l’agro-chimie aurait fait rédiger des études scientifiques par ses propres services avant de solliciter des scientifiques reconnus pour qu’ils y apposent leur signature. L’objectif était d’empêcher l’interdiction du glyphosate, substance active de l’herbicide Roundup, le plus vendu au monde, et soupçonnée d’être cancérigène. Un spécialiste belge aurait joué un rôle crucial dans cette affaire, rapportent mardi De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg.

Votre avis nous intéresse!

Avis