Tous les syndicats médicaux exigent la résolution de l’accord médicomutualiste

Les trois syndicats représentatifs des médecins, l’ABSyM (Association Belge des Syndicats Médicaux), le Cartel (ASGB, GBO, MoDeS) et AADM (Alliance Avenir des Médecins) s’opposent vivement au budget échafaudé par le gouvernement en matière de soins de santé et déposé ce lundi 17 octobre 2016 au Conseil général de l’INAMI.
Les nouvelles économies imposées, qui ne devraient conduire le secteur des soins de santé qu’à une norme de croissance d’à peine 0,5%, sont indéfendables si l’on veut apporter une réponse aux besoins de la société. En effet, le Bureau du Plan évalue la croissance réelle des besoins relatifs à la santé à 2,2%. Les économies linéaires décidées unilatéralement ne feront que démanteler les soins et hypothéquer les réformes qui, en plus d’être essentielles dans un paysage de soins en pleine mutation, ne concernent pas seulement les médecins mais aussi les patients.
Les syndicats médicaux ont toujours œuvré pour conclure des accords équilibrés dans l’intérêt des patients et des médecins. Bien qu’ils eussent déjà émis de grandes réserves lorsque le cadre budgétaire leur avait été soumis en 2016, ils ont toutefois consenti à conclure un accord pour une période de deux ans. L’une des conditions sine qua non pour ce faire était qu’aucune nouvelle mesure d’économie ne soit imposée. Le nouveau budget va purement et simplement à l’encontre de ce qui a été convenu (notamment au travers de la confiscation de la masse d’index).
Pour les syndicats médicaux, la limite a été franchie. Les économies unilatérales décidées par la Ministre ont totalement balayé la confiance et rendent la poursuite d’une future collaboration constructive quasiment impossible. Les syndicats médicaux demandent dès lors la résolution de plein droit de l’accord existant, sur la base de l’article 13.1.2 de l’accord national médicomutualiste actuel.
Les syndicats médicaux attendent de la Ministre qu’elle propose des avancées convaincantes, à même de restaurer la confiance en la concertation. En attendant, ils continuent à envisager de futures actions.
Intimement convaincus que les médecins sont les meilleurs défenseurs des patients, les syndicats médicaux vont continuer à défendre conjointement les intérêts des patients et des médecins, à supposer qu’un éventuel cadre de concertation futur se profile.

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article