Scans osseux pour les enfants migrants

Scans osseux pour les enfants migrants
Dangereux et peu fiables selon Médecins du Monde
Theo Francken veut que les enfants migrants remboursent les tests osseux s’ils ont « menti sur leur âge ». Pour Médecins du Monde, il s’agit là d’une nouvelle provocation du secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, qui ne prend en compte ni l’opinion de la communauté scientifique, ni la santé des personnes migrantes.

Lorsque l’Office des étrangers doute de l’âge de personnes se déclarant mineures, il procède à un examen médical : radiographie du poignet, de la clavicule ou des dents. Un test qui est sensé révéler l’âge de la personne testée. L’année dernière, 659 personnes ont subi ce test. Aujourd’hui, Theo Francken veut que ceux qui ont « menti » remboursent les frais.
Une technique controversée
Médecins du Monde souligne que le recours à ces examens est soumis à de nombreuses critiques. « La communauté scientifique est largement sceptique vis-à-vis de ce genre de pratique, » explique Pierre Verbeeren, directeur de Médecins du Monde Belgique. « La France a strictement limité l’utilisation des tests osseux en 2015 déjà. L’an dernier, la communauté médicale suédoise a quant à elle tout simplement rejeté son utilisation, face aux risques pour la santé des personnes subissant le test. »
Mais au-delà des risques, ces tests n’ont tout simplement jamais prouvé leur efficacité et leur fiabilité. « Un test osseux n’est pas un test sur l’âge, mais sur la croissance, » précise Pierre Verbeeren. « Le monde médical n’accorde pas de réelle valeur à ce test. » Mais au-delà de la provocation, Médecins du Monde dénonce le risque de telles déclarations. « Chaque année, des milliers d’enfants migrants non-accompagnés disparaissent en Europe, dans la clandestinité ou dans des réseaux d’exploitation, » rappelle Pierre Verbeeren. « Ceci ajoute à la pression qui pèse déjà sur leurs épaules ! »
Médecins du Monde appelle donc Theo Francken à cesser ses déclarations intempestives, populistes et aux répercussions dangereuses pour de nombreuses personnes migrantes. L’organisation rappelle également que l’utilisation de scanners osseux est reconnue comme peu fiable, et insiste pour que son utilisation à des fins non-médicales soit interdite dans notre pays.

Votre avis nous intéresse!

Avis