#SamusocialBE 66-68 Boulevard Poincaré: une nouvelle maison des sans-abri

SONY DSC

66-68 Boulevard Poincaré: une nouvelle maison des sans-abri

SONY DSC

Le Ministre-Président, Rudi Vervoort, en charge de la Régie Foncière de la Région de Bruxelles-Capitale, les ministres des Affaires sociales, Céline Fremault et Pascal Smet et la direction du Samu Social ont présenté ce mercredi 3 mai 2017 la nouvelle infrastructure d’accueil des personnes sans-abri. Le 66-68 boulevard Poincaré, propriété de la Région, va accueillir de manière permanente près de 200 personnes et devient ainsi un outil important pour la mise à l’abri des plus précarisés de la Région.
Le dispositif hivernal a ouvert ses portes le 14 novembre 2016 et s’est refermé le mardi 2 mai. Pendant 6 mois, plus de 4.570 personnes ont trouvé un toit. Le dispositif comprenait les centres de la rue Royale, de la rue du Petit Rempart, de Woluwe, de Forest, Haren et du boulevard Poincaré. Au total, plus de 160.000 nuitées ont été rendues possibles. 751 personnes en famille et 3.819 personnes isolées (436 femmes et 3.383 hommes) ont été accueillies.

Le bâtiment du 66-68 boulevard Poincaré a été acheté fin 2015 par la Région à l’initiative de Pascal Smet, Ministre Bruxellois de l’aide aux Personnes, afin d’y implanter un centre pour sans-abri.
Utilisé lors du dispositif hivernal du 2 décembre 2016 à avril 2017, il a permis d’accueillir 33.228 nuitées. Dans les mois à venir, la Régie foncière attribuera le marché pour le maître d’œuvre. Les travaux débuteront en 2019, et s’achèveront pour 2020 pour un coût total de plus de 5 millions et demi, pris en charge par le Ministre-Président bruxellois. Durant les travaux de rénovation, le bâtiment restera opérationnel, puisqu’il a été prévu de les phaser de manière à ce qu’il maintienne toujours une capacité d’accueil optimale. À terme, ce bâtiment rénové pourra accueillir jusqu’à 400 personnes.
Aujourd’hui, le dispositif hivernal a fermé ses portes et de nombreuses personnes se retrouvent à la rue. C’est ce que dénoncent notamment Médecins sans frontières et Solidarité grands froids.
Consciente de la réalité de terrain et pour permettre aux services de poursuivre leur travail social pour sortir ces personnes de la rue, la Commission Communautaire Commune vient de délivrer l’agrément au Samu social pour l’ouverture de 110 places supplémentaires accessibles toute l’année. Ce dispositif sera destiné prioritairement aux familles et aux personnes ayant été en contact cet hiver avec le Samu Social. Concrètement, des espaces du bâtiment du boulevard Poincaré seront réservés à ce public et ce depuis le 2 mai 2017. Un budget de 1.343.666 € pour les 8 mois de 2017 est prévu.
Les personnes les plus vulnérables, les femmes isolées, les personnes plus âgées ainsi que les familles dont beaucoup sont d’origine européenne peuvent bénéficier dès aujourd’hui de 110 places structurelles supplémentaires financées par la Commission communautaire commune.
Outre l’hébergement, les personnes accueillies dans le centre Poincaré pourront bénéficier de l’offre de service du Samusocial, soit :
– des repas chauds et un accès aux sanitaires (douches, WC) ;
– une permanence psychosociale : assistants sociaux, éducateurs et psychologues accompagneront les personnes aidées dans leurs démarches afin d’améliorer leur situation et recherche des solutions de sortie de rue ;
– des consultations médicales et infirmières ;
– des espaces de repos et de détente.

Ces places seront ouvertes en mode résidentiel, offrant un accueil de nuit mais également de jour avec un attention particulière pour les personnes isolées
80 places pour les sans-abri dans le métro.
L’attention est ici portée au public spécifique que sont les sans-abri ayant trouvé refuge dans les stations de métro et de pré-métro.
C’est une première à Bruxelles, un programme et une solution d’hébergement ont été pensés et concrétisés pour les sdf ayant trouvé refuge dans les stations de métro, non seulement parce que la société n’accepte plus de voir les plus faibles dans les couloirs des transports en commun, mais parce qu’il est moralement impossible de fermer les yeux sur leur situation et de simplement les chasser. Souvent confronté à une addiction ou à des problèmes de santé mentale, l’encadrement de ce public est essentiel. C’est pour cela que des partenariats spécifiques pour ce projet ont été noués avec le secteur.
Le public ciblé ici est toute personne sans-abri présente dans les stations de métro et de pré-métro en demande de prise en charge. A priori, le projet vise plutôt un public isolé cumulant les problématiques sociales avec des addictions ou de santé mentale. Orienté grâce aux maraudes ces personnes bénéficieront d’une mise à l’abri, d’un accueil et d’un accompagnement grâce aux partenariats et au travail en réseau.
Sont en effet partenaires de ce projet: la STIB, les asbl Transit, Dune, Diogène, Infirmiers de Rue, La Rencontre, les APS de Bruciteam, les polices locales et celle du métro.
Les places seront mises à disposition dès ce mercredi 3 mai en soirée. Un budget de 700.000 euros est prévu pour 2017.
Ce dispositif organisé par la Région bruxelloise est temporaire. L’objectif final est de réinsérer ces personnes précarisées dans la dignité.
Les sans-abri rencontrés dans les gares sont, quant-à-eux, souvent en transit et attendent de rejoindre l’Angleterre. Ils ne veulent généralement pas d’aide.

SONY DSC

À ce jour, la capacité immédiatement disponible du Samusocial est de 468 places, soit :
– 110 places pour familles dans le centres de la rue du Petit Rempart
– 130 places dans le centre pour familles de Woluwé-St-Lambert
– 38 places dans le centre d’hébergement médicalisé, la MediHalte
– 190 places dans le centre Poincaré pour les personnes isolées (hommes et
femmes) particulièrement vulnérables.
Le Samusocial est un dispositif urbain d’urgence sociale et de lutte contre l’exclusion. Il a pour mission :
– d’intervenir auprès des personnes sans-abri en détresse dans les rues de la ville pour leur offrir une aide d’urgence (hébergement, soins médicaux, accompagnement psychosocial, repas, douche) ;
– de restaurer une relation humaniste et, si la personne le souhaite, l’accompagner vers une solution de sortie de rue.

SAMU SOCIAL : 0800/99.340
www.samusocial.be

André Decorte

Votre avis nous intéresse!

Avis