PS Politique

Des miettes d’efforts sur le capital, des milliards de réductions dans la sécurité sociale: un budget totalement déséquilibré !
Tout ça pour ça! Après une semaine de négociations difficiles, le gouvernement Michel accouche d’un budget qui fait porter les 2/3 de l’effort budgétaire sur la sécurité sociale et la fonction publique, et qui ne prévoit aucune taxation des plus-values !
C’est un budget qui porte la marque de la N-VA: non seulement il fait payer les plus faibles, mais en plus il détricote encore davantage la sécurité sociale, qui garantit la solidarité entre tous les Belges. La réaction du gouvernement aux licenciements chez Caterpillar, Axa, ING, etc.: décourager les prépensions

Le gouvernement augmente les cotisations patronales sur les prépensions.
Après les licenciements collectifs de ces dernières semaines, la réaction du gouvernement MR/N-VA est donc de dissuader fortement les prépensions en les rendant plus chères pour l’employeur ! Cela ne veut évidemment pas dire que les entreprises ne se sépareront pas des travailleurs âgés: non, elles les licencieront purement et simplement plutôt que de leur accorder une prépension ! Et tout cela alors que le gouvernement envisage encore de diminuer l’impôt de ces sociétés…

Le travail « faisable »… pour les employeurs uniquement
Le gouvernement nous parle d’un werkbaar werk, d’un travail faisable. Mais comment profiter de sa vie privée quand on preste jusqu’à 243 heures supplémentaires par an, dont 143 sans repos compensatoire ? Comment profiter de sa vie privée quand on ne sait pas si on travaillera 38 ou 45 heures la semaine prochaine ? Comment profiter de sa vie privée quand on travaille dans l’e-commerce et qu’on devra désormais travailler la nuit ?

Enormes pertes de pouvoir d’achat pour les travailleurs
Aujourd’hui, les heures supplémentaires au-delà de 38 heures/semaine doivent être payées ou récupérées. Le gouvernement MR/N-VA prévoit de ne plus payer les heures supplémentaires qu’au-delà de 45 heures/semaine ! Concrètement, quelqu’un qui travaille 44 heures/semaine n’aura donc plus aucune heure supplémentaire payée ! Il s’agit d’une gigantesque perte de pouvoir d’achat pour de nombreux travailleurs.
Le gouvernement Michel décide en outre de diminuer le salaire minimum des jeunes de moins de 21 ans, alors que le gouvernement précédent, avec le PS, l’avait relevé. Concrètement, les jeunes qui travaillent et qui ont moins de 21 ans perdront jusqu’à 30% de leurs revenus !
Enfin, après avoir imposé un saut d’index et une modération salariale en 2015 et 2016, le gouvernement réforme aujourd’hui la loi de 1996 sur la compétitivité. Il supprime ainsi toute possibilité d’augmenter les salaires des travailleurs dans les années à venir et empêche toute négociation patrons-syndicats pour un accord interprofessionnel!

Les malades devront payer plus
Au total, le gouvernement Michel aura déjà prévu de faire plus de 3,6 milliards d’économies en soins de santé depuis son arrivée. Au-delà du chiffre, c’est le contenu qui inquiète: après avoir augmenté le coût de la consultation chez le médecin spécialiste, le gouvernement MR/N-VA veut augmenter le coût des antibiotiques. Il nous dit que c’est pour éviter la surconsommation… Mais ce sont les médecins qui prescrivent les antibiotiques ! Les patients, eux, n’auront d’autre choix que de payer plus. Les personnes avec des faibles revenus renonçaient déjà à se soigner. Ce sera encore pire maintenant. Je crains en outre que ce gouvernement MR/N-VA fasse payer davantage les malades pour les séjours à l’hôpital et que les médicaments soient globalement plus chers.
Une nouvelle fois, le gouvernement MR/N-VA prend donc des mesures qui pénalisent le patient !

Coupes linéaires dans le secteur public: une mesure idéologique et inefficace
Le gouvernement MR/N-VA avait prévu un « redesign » de l’administration, au nom pompeux, qui n’a jamais abouti puisque le gouvernement n’a jamais su lui-même ce que ça voulait dire. Face à cet échec, il décide d’imposer à tous les services publics (à quelques exceptions près) la même diminution de budget, sans considération de ce qui a un sens et de ce qui n’en a pas. Le gouvernement MR/N-VA ne cherche donc aucunement à éviter des gaspillages ou à assurer une meilleure gestion: il s’agit d’une pure mesure idéologique de destruction de l’Etat, alors que les services publics sont déjà à la corde !

Diminution de l’enveloppe bien-être
Le PS avait obtenu, dans le cadre du Pacte de compétitivité sous le précédent gouvernement, le retour de l’enveloppe bien-être à 100% (après la diminution de l’enveloppe à 60%, à une reprise, à la demande des partis libéraux). Après y avoir déjà réalisé plus de 200 millions d’économies, le gouvernement Michel y ajoute 161 millions chaque année: cela signifie qu’il va attribuer une enveloppe inférieure à 60% de l’enveloppe normale seulement.

Des miettes sur le capital
La hausse du précompte mobilier rapportera 385 millions, soit à peine 12% de l’effort total. Le gouvernement supprime la taxe sur la spéculation. Il ne prévoit rien sur les plus-values, juste d’en discuter… dans le cadre de la réforme de l’impôt des sociétés ! En d’autres termes, si taxation des plus-values il y a, et rien n’est moins sûr, ce ne sera pas pour diminuer le fardeau des ménages mais pour baisser les impôts des sociétés… Ce gouvernement reste, comme nous le dénonçons depuis le début, fort avec les faibles, et faible avec les forts.

Une autre manière de gouverner est possible !
Après les avoir mises à de nombreuses reprises sur la table des précédents gouvernements, le PS a déposé des propositions de loi visant à instaurer un impôt sur les grandes fortunes et une taxation des plus-values boursières.
Selon la Cour des Comptes, rien que l’impôt sur la fortune proposé par le PS pourrait rapporter jusqu’à 2,3 milliards d’euros ! Une lutte plus déterminée contre la fraude fiscale est également nécessaire.
PS

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article