Projets innovants

La Secrétaire d’État à la Propreté publique, Fadila Laanan, a lancé un appel à projets innovants ce jeudi 11 mai. Exclusivement réservé aux communes, il a pour objectif de financer des initiatives qui ont pour but d’améliorer la propreté dans les zones critiques.

Une enveloppe de deux millions et demi d’euros a été débloquée à cette occasion, dont 500.000 euros sont financés par Fost Plus, l’ASBL en charge de la promotion et du financement des collectes sélectives, et ceci dans le contexte de l’accord signé avec cet organisme ainsi que Fevia et Comeos concernant l’engagement des entreprises dans la lutte contre les incivilités en matière de déchets portant atteinte à la propreté publique et au cadre de vie.

“En collaboration avec les communes, nous avons mis en œuvre une série de politiques ces dernières années afin d’améliorer la propreté à Bruxelles : parcs à conteneurs mobiles, augmentation des bulles à verre enterrées, conclusion de conventions-cadre pour une répartition pragmatique des voiries entre la Région et les Communes, toutes les initiatives mises en place par les communes grâce au doublement du subside régional, recrutement de 300 agents de la propreté publique supplémentaires, etc. Cette initiative vient compléter ces dispositifs afin de nous attaquer plus particulièrement à des zones qui, malgré tous nos efforts, restent problématiques.”, commente Fadila Laanan. ” Avec cet appel à projets, nous souhaitons sortir des carcans habituels, l’objectif étant de développer des projets qui pourront à terme être pérennisés, voire étendus à toute la région.”

Pas question de se limiter à une simple campagne de sensibilisation. Les projets doivent aboutir à des programmes globaux avec différents volets : opérationnel, sensibilisation, répression, mises en œuvre concrètes tel que des aménagements pour éviter de laisser des espaces vides, mise en place de cendriers urbains, de toilettes publiques, etc.

Chaque projet proposé devra concerner une zone problématique en particulier. Les périmètres choisis feront l’objet d’évaluations régulières par l’Agence Bruxelles-Propreté et la Commune.

Et parce que la propreté est l’affaire de tous, chaque commune devra également, pour les projets qu’elle propose, s’associer au tissu socio-associatif: associations de commerçants, de riverains, écoles, maisons de quartier, etc. “C’est une condition sine qua non pour bénéficier de ces subventions”, insiste la Secrétaire d’État. “Nous souhaitons que les citoyens s’approprient leur quartier.”

Concrètement, les communes sont invitées à rentrer leurs dossiers pour le 15 septembre 2017. La durée des projets est limitée à un an à partir de leur sélection mais l’objectif reste, en cas de succès, de les pérenniser.

Votre avis nous intéresse!

Avis