Les premières compagnies cargo quittent Brussels Airport en raison des amendes bruxelloises liées au bruit

Les premières compagnies cargo quittent Brussels Airport
en raison des amendes bruxelloises liées au bruit

Après le départ de Yangtze River Express en février 2017, c’est au tour de la compagnie de transport de fret, Air Cargo Global de mettre fin à ses activités à l’aéroport en raison des amendes bruxelloises liées au bruit. La compagnie Magma Aviation a déclaré à Brussels Airport son intention de quitter l’aéroport dans les prochaines semaines s’il n’est pas mis fin à l’insécurité.

Brussels Airport a reçu la confirmation écrite d’une deuxième compagnie cargo qui quitte Brussels Airport en raison des amendes de la Région de Bruxelles-Capitale. Une troisième compagnie menace de quitter la Belgique si les limites bruxelloises à son exploitation sont maintenues. Sur les six compagnies de fret qui opèrent à Brussels Airport avec des 747, il en reste actuellement quatre mais il existe un risque réel d’en voir bientôt d’autres abandonner leurs activités.

Après le départ de la compagnie de fret chinoise Yangtze River Express en février 2017, Air Cargo Global a également décidé de cesser ses activités à Brussels Airport suite à l’insécurité juridique et aux risques financiers qui émanent de la décision de la Région de Bruxelles-Capitale de mettre fin au seuil de tolérance en matière d’amendes liées au bruit. Air Cargo Global opérera désormais depuis Amsterdam et Prague.

La compagnie cargo Magma Aviation a aussi informé Brussels Airport son intention de quitter Brussels Airport dans les prochaines semaines si les limites d’exploitation devaient être maintenues. La compagnie a aussi identifié deux autres aéroports étrangers afin d’y poursuivre leurs activités.

Le transport full cargo assuré par Yangtze River Express et Air Cargo Global totalise en 2016 presque 20.000 tonnes soit presque 12% du total du transport full cargo à Brussels Airport. Il en résultera la perte inévitable de nombreux emplois en Belgique au profit d’aéroports à l’étranger.

« La nécessité de disposer d’un cadre juridique stable et d’une solution définitive est plus urgente que jamais. Comme nous l’avions déjà souligné fin avril, la décision du gouvernement bruxellois de reporter la perception des amendes n’est pas une solution. Cette décision partait peut-être de bonnes intentions, mais crée en réalité une période d’insécurité pouvant durer d’un an et demi à deux ans. Les entreprises décident sur base des procès-verbaux qu’elles reçoivent aujourd’hui, et non sur base d’amendes que le gouvernement bruxellois porterait à leur connaissance dans deux ans. Ceci pousse les compagnies aériennes vers l’étranger avec pour conséquence la perte d’emplois et de valeur économique pour la Belgique. J’appelle les partis politiques à mettre un terme à cette spirale négative qui endommage le tissu local et régional en Belgique et d’arriver aussi vite que possible à une solution », déclare Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport Company.

Votre avis nous intéresse!

Avis