ODILE BLANCHET Donner des couleurs à la vie

Donner des couleurs à la vie
Je vis avec mes toiles une gestation, une attente, une rencontre avec un autre moi-même sur lequel je n’ai pas de prise. J’ai choisi cet art comme un moyen d’exprimer l’indicible et pour me donner du temps car le pinceau à la main, le temps n’existe plus, l’espace se vide. La peinture est un état permanent de recherche, d’introspection. Travailler d’un thème à l’autre peut éveiller une crainte, mais au final on avance toujours! Je travaille en « à plat », la perspective se refusant à me parler! Après des années de peinture à l’huile et de glacis, j’utilise aujourd’hui une succession de matériaux, des collages, ou encore des peintures différentes. Les créations issues de cette diversité se retrouvent parfois brièvement emprisonnées dans de la résine.

Un parcours atypique, une technique multi-culturelle.
Après des études aux Beaux Arts de Clermont- Ferrand, c’est le départ pour 10 années à l’étranger partagées entre le Guatemala et l’Algérie.
Cette période, éloignée de mes repères habituels, a confronté mon regard à d’autres lumières. Les cieux du Guatemala me semblaient si lourds et particuliers. La vie quotidienne m’amenait à côtoyer la population Indienne et ses tenues riches de couleurs vives, tranchantes, et de découvrir une autre mémoire à la Terre : celle des mayas et des tremblements de Terre.
A Alger, c’est la blancheur, dont j’ai encore, profondément ancré, le souvenir de son éclat brut, parfois violent. Cette lumière j’ai voulue la restituer dans mon thème « les Dames Blanches ».
Puis vient le retour en France, où je me suis inscrite à plusieurs ateliers afin de développer de nouvelles techniques.
Durant ces dernières années, j’ai participé aux expositions d’ateliers, à divers salons et réalisé des expositions personnelles.
Les premières années de mon retour en France et jusqu’en 2004, mon travail a porté essentiellement sur la peinture à l’huile.
Depuis 2004, j’ai décidé d’adopter un virage dans la réalisation, en changeant de technique et en diversifiant les supports. Cela m’a permis d’explorer une créativité différente, m’accordant plus de liberté dans le choix de mes sujets, et dans l’expression de mes émotions. Cette démarche m’a parfois amenée à transposer mon travail d’un support plat à la création de structure en utilisant bois, ardoise métal, verre, … (œuvres de Sidi Bou Saï ou l’arbre de vie) et à approcher le volume.

Depuis 1995 j’expose régulièrement en solo dans des galeries de Versailles, Paris….
J ‘ ai obtenu en 2005 le premier prix du salon « Les Automnales » de la ville de Guyancourt

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article