Nouvelle balade street art au centre-ville

Inaugurée récemment par Karine Lalieux, Echevine de la Culture de la Ville de Bruxelles, cette balade d’art urbain dans le centre-ville nous invite a découvrir 13 sculptures miniatures de l’artiste espagnol Isaac Cordal. Celles-ci ornent désormais différentes façades autour de la Bourse et de l’îlot Sacré. Les sculptures représentent des personnages miniatures mis en situation dans des scènes qui représentent la routine de la société actuelle, la solitude et l’isolement des temps modernes.

Pas toujours faciles à trouver tant elle sont petites, les œuvres sont installées au 57 rue du Midi, au 23 rue de Pierres, sur la Bourse au coin de la rue du Midi et de la rue Henri Maus, au 69A boulevard Anspach, dans la rue Paul Devaux, aux 8-10 rue des Bouchers, dans l’Impasse de la Fidélité, au 12 rue des Dominicains, dans la Galerie des Princes, dans l’Impasse de la Tête de bœuf ou encore au 2 petite rue des Bouchers.
L’ensemble forme une balade de quelque 45 minutes à parcourir à pied. Une carte du parcours est disponible sur le site de la Ville de Bruxelles et montre les photos des 13 statuettes pour vous aider à les retrouver… Voir https://www.bruxelles.be/nouvelle-balade-street-art-dans-le-centre.

Parlons de l’artiste…

Isaac Cordal est un « street artiste » espagnol, né en 1974 à Pontevedra où il a étudié la sculpture à l’université des beaux arts. Il a ensuite suivi une formation de 5 ans à l’école Canteiros ; un établissement spécialisé dans les métiers de la pierre (la restauration et la conservation).

En 2006, son projet « Ciment Eclipses » le propulse sur le devant de la scène street art. Ses petites figurines humaines de 15 cm environ sont fabriquées en ciment puis installées dans le paysage urbain. On les retrouve dans de nombreuses villes comme Milan, Bogotà, Paris, Londres, Berlin, Zagreb, Nantes, San Jose, Barcelone, Vienne… Et Bruxelles.

« L’art urbain, ce n’est pas que des fresques murales. C’est aussi de la sculpture par exemple. Cette diversité, je souhaite l’inscrire dans le Parcours Street Art que je développe depuis 2014 » explique Karine Lalieux, Echevine de la Culture.

On ne cesse décidément de découvrir Bruxelles !

André Decorte

Votre avis nous intéresse!

Avis