Non à une course de vitesse automobile autour du Parc Elisabeth

Un projet en contradiction avec les campagnes de sécurité routière
La Secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière Bianca Debaets a appris avec grand étonnement que des communes bruxelloises comptent participer à l’organisation d’une course de vitesse automobile (Formule E – électrique) en plein milieu de zones densément peuplées. Dans le quartier en question, autour du Parc Elisabeth, il y a déjà manifestement une forte opposition au projet. De plus, la vitesse n’a pas sa place en Région bruxelloise. Chaque année, on dénombre trop de victimes de la circulation à cause de vitesses excessives ou inadaptées. Donc, ce n’est pas aux pouvoirs publics à faire de la promotion pour de la vitesse en plein ville.
« Une course de vitesse automobile n’a selon moi pas sa place dans un contexte urbain, à côté de quartiers densément peuplés », précise la Secrétaire d’État Bianca Debaets. « De façon permanente, en tant que Secrétaire d’État à la Sécurité routière, je déploie beaucoup d’efforts au niveau de la sensibilisation pour rappeler aux automobilistes qu’on ne peut pas rouler vite en ville. Or ici, autoriser ce genre de courses serait un très mauvais signal. Les bourgmestres des communes concernées devraient être à l’écoute des riverains à ce niveau. La plupart de ces habitants verraient d’un très mauvais œil ces courses de vitesse passer devant leur porte, et ce pour de multiples raisons. »
La promotion pour les voitures électriques est en soi positive mais cela peut être fait via de multiples autres façons. Compte tenu des circonstances, le Parc Elisabeth à Ganshoren et Koekelberg est sans doute le pire endroit imaginable pour une course de vitesse automobile.

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article