Maggie De Block pourrait économiser 203 millions mais préfère augmenter le prix des #médicaments

Maggie De Block pourrait économiser 203 millions mais préfère augmenter le prix des médicaments

La présence d’un lobbyiste de Big Pharma dans son cabinet influence-t-elle Maggie De Block ? Une analyse du service d’études du PTB montre que, si nous appliquions les prix de onze médicaments hors-brevet en vigueur aux Pays-Bas en Belgique, cela rapporterait 203 millions d’euros. Pourtant, la ministre de la Santé préfère augmenter le prix des médicaments pour les patients.
La ministre de la Santé Maggie De Block (Open Vld) refuse pourtant cette mesure simple, et elle a même engagé dans son cabinet un top-lobbyiste de l’industrie pharmaceutique pour diriger la politique des médicaments. C’est d’autant plus frappant que, ce 1er avril, les sprays nasaux décongestionnants et certains inhibiteurs gastriques vont devenir quatre à neuf fois plus chers pour le patient. Et, à partir du 1er mai, le prix des antibiotiques va doubler voire tripler.

« La ministre Maggie De Block (Open Vld) affirme vouloir par là s’attaquer à la surconsommation, mais les véritables raisons sont les économies réalisées sur le dos du patient », souligne Sofie Merckx, porte-parole Santé du PTB.

Le Dr Dirk Van Duppen, spécialiste des soins de santé du PTB, a calculé dans une étude qu’il est possible de réaliser une importante économie sur les médicaments, et sans que cela touche le patient. L’application du modèle Kiwi (une forme d’appel public d’offres pour les médicaments, lire ici) peut faire baisser les prix des médicaments de manière à ce que l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami) économise bien plus qu’avec les augmentations de prix décidées par la ministre De Block.

« Aux Pays-Bas, il existe déjà une forme de modèle Kiwi, constate Sofie Merckx. Si nous appliquions les prix néerlandais au volume consommé en Belgique de onze médicaments hors-brevet, notre sécurité sociale économiserait 203 millions d’euros. »

Lire l’étude ici

Le fait que la ministre De Block ne soit pas du tout fan du modèle Kiwi est bien connu. En revanche, ce qui l’est moins, c’est qu’en novembre dernier, elle a nommé Bart Vermeulen, un ponte de l’industrie pharmaceutique, au poste de chef de cabinet-adjoint. Vermeulen dirige le département Soins de santé et Politique des médicaments. « Cette désignation pose un très grand problème de conflit d’intérêts », observe Sofie Merckx.

Le 6 mai, le PTB et Médecine pour le Peuple organisent un voyage en car aux Pays-Bas au départ des maisons médicales de Médecine pour le Peuple pour aller constater comment le modèle Kiwi fait fortement baisser le prix des médicaments.
PTB

Votre avis nous intéresse!

Avis