Lutte contre les mines anti-personnel

Lutte contre les mines anti-personnel : la Déclaration de Bruxelles a 20 ans
Il y a exactement 20 ans, du 24 au 27 juin 1997, se tenait à Bruxelles la Conférence internationale sur les mines anti-personnel. 97 Etats signaient alors la Déclaration de Bruxelles. Ils apportaient leur soutien à une interdiction complète de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines anti-personnel. Ils s’engageaient pour leur destruction et pour l’établissement d’une coopération et assistance internationales en matière de déminage dans les pays affectés. La Belgique plaidait déjà pour que l’aide aux victimes soit considérée comme un élément incontournable de la lutte contre les mines anti-personnel.

La Déclaration de Bruxelles de juin 1997 marqua une étape décisive dans le processus d’adoption puis de signature de la Convention sur l’interdiction des mines anti-personnel, respectivement à Oslo, le 18 septembre 1997 et à Ottawa, les 3 et 4 décembre 1997.

Aujourd’hui, 162 Etats sont Parties à la Convention d’Ottawa. 85 Etats ont complètement détruit leur stocks et 30 des 61 Etats ayant reconnu la présence de zones minées ont finalisé leur déminage. L’assistance aux victimes a été introduite pour la première fois comme obligation dans une telle Convention.

20 ans plus tard, la Convention interdisant les mines anti-personnel est donc un succès. Pourtant le nombre de victimes par mines anti-personnel et notamment par mines anti-personnel improvisées reste préoccupant. La Belgique réitère sa condamnation de l’usage de mines anti-personnel et de mines anti-personnel improvisées par quiconque. Prendre en compte les victimes, leur famille et leur communauté de vie est également une priorité pour notre pays. La Belgique continuera de s’y investir aux côtés de la société civile.

Pour le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, M. Didier Reynders, l’ engagement pour atteindre un monde sans mines d’ici 2025 mais également un monde sans victimes de mines doit être plus que jamais affirmé. Il faut aussi poursuivre nos efforts pour l’universalisation de la Convention. Aux côtés de l’actuelle Présidence autrichienne de la Convention et avec l’appui des Envoyés spéciaux de la Convention pour son universalisation, SAR la Princesse Astrid de Belgique et SAR le Prince Mired de Jordanie, la Belgique continue d’en être un avocat infatigable.

Votre avis nous intéresse!

Avis