L’utilisation d’antibiotiques et l’antibiorésistance en médecine vétérinaire ont connu une nouvelle baisse en 2016 en Belgique

Les Ministres de la Santé publique Maggie De Block et de l’Agriculture Willy Borsus sont heureux d’annoncer aujourd’hui que l’utilisation d’antibiotiques et l’antibiorésistance en médecine vétérinaire ont connu une nouvelle baisse en 2016 en Belgique. En effet, un an après la signature de la Convention entre les secteurs et les instances publiques, l’utilisation totale d’antibiotiques a connu une nouvelle diminution de 4,8% par rapport à 2015, et de 53% pour les antibiotiques les plus critiques.
Pour Willy Borsus, Ministre de l’Agriculture : « La problématique de l’antibiorésistance constitue un enjeu de santé publique majeur. Une modification de la législation me semblait indispensable. C’est pourquoi dorénavant, l’utilisation des antibiotiques en médecine vétérinaire est davantage encadrée, voire fortement limitée pour les plus critiques, et peut être mesurée très précisément. Notons que cette législation n’a encore été appliquée que pendant 5 mois de l’année 2016 et malgré cela, nous voyons déjà les effets positifs sur les chiffres 2016. C’est une très bonne nouvelle. La réduction de l’utilisation des antibiotiques en médecine vétérinaire est pour moi une priorité incontestable – et incontestée – et nous y parvenons ensemble avec tous les maillons de la chaîne alimentaire. »

Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique : « Je me réjouis de constater la forte diminution de l’utilisation d’antibiotiques critiques tant en médecine humaine qu’en médecine vétérinaire. Ces résultats montrent que les mesures que nous avons prises pour lutter contre l’antibiorésistance fonctionnent. Je tiens également à saluer les accords volontaires conclus avec les secteurs concernés, qui ont joué un rôle important en termes de sensibilisation. Nous devons toutefois poursuivre nos efforts et suivre la situation de près pour s’assurer d’atteindre les fortes réductions prévues par l’AMCRA en 2020. De nouveaux instruments ont entretemps été mis en place. Je pense notamment à l’application Sanitel-Med, qui impose l’enregistrement de tous les antibiotiques utilisés dans l’élevage. Ce système permet d’avoir une meilleure vue de l’utilisation effective des antibiotiques et d’intervenir si les éleveurs ou les vétérinaires y ont trop rapidement recours.»

Votre avis nous intéresse!

Avis