L’organisation des droits des #animaux #GAIA est très déçue

Le plan d’action de l’animalerie de la VUB pour éviter de nouvelles souffrances d’animaux dans les laboratoires est insuffisant
Il reste trop de questions en suspens, et l’université ne donne pas assez de garanties pour éviter une répétition du scénario

L’organisation des droits des animaux GAIA est très déçue par les décisions prises par la VUB concernant le centre d’animaux de laboratoire. Aujourd’hui, la secrétaire d’état pour le Bien-Être animal Bianca Debaets et le recteur de la VUB Caroline Pauwels ont rendu publiques les mesures prises suite à l’enquête menée en caméra cachée par GAIA en novembre dernier.

“Nous n’avons pas eu de réponses à plusieurs de nos questions, et nous avons reçu trop peu de garanties pour éviter une répétition du scénario”, dit Ann De Greef, directrice de GAIA. “Selon nous, il est trop tôt pour mettre un terme à la suspension imposée par la Région Bruxelloise d’entamer de nouveaux tests, car il n’est pas prévu de disqualifier certains responsables à la VUB. Par exemple, le vétérinaire en chef, qui a fait preuve à répétition de laxisme, reste à son poste.”

Le recteur de la VUB s’est dite très choquée par les images, et affirme prendre la situation au sérieux. Pourtant, elle s’est constamment ingéniée à minimiser les faits exposés par GAIA. Sa déclaration sur la façon dont les animaux seront mis à mort reste également très vague. L’enquêtrice de GAIA a pu documenter que des animaux sont enfermés vivants dans un congélateur, et d’autres sont décapités vivants avec des ciseaux. La VUB aurait seulement arrêté l’utilisation du congélateur comme méthode de mise à mort.

L’université bruxelloise avait également désigné deux experts pour analyser la nature des tests sur les animaux. Une simple recherche sur internet nous apprend que ces deux personnes sont impliquées dans la recherche sur les animaux de laboratoire. Il est donc difficile de parler ici d’un audit externe.

Pour finir, notre question sur les moyens qui seront mis en oeuvre par les chercheurs et les soigneurs pour évaluer le niveau de douleur des animaux lors des expérimentations reste sans réponse.

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article