Limiter la #surconsommation : #campagne #d’information

Limiter la surconsommation : campagne d’information
destinée aux médecins, pharmaciens et patients

BRUXELLES, 28/03/2017.- Les mesures de remboursement des sprays nasaux et antiacides ainsi que celles des antibiotiques seront modifiées respectivement au 1er avril et au 1er mai 2017. Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique : “L’objectif est de lutter contre la surconsommation et d’améliorer l’accessibilité de médicaments sûrs. Les patients chroniques et les patients atteints d’affections particulières bénéficieront toujours d’un remboursement. Nous demanderons aussi aux médecins d’envisager, lors de la prescription, un autre traitement pour le patient si possible.”

La ministre De Block, l’INAMI et les associations de pharmaciens lancent une campagne d’information reprenant les mesures devant informer au mieux les médecins, les pharmaciens et les patients. Ces informations sont disponibles sur le site web de l’INAMI, des associations de pharmaciens et de la ministre. Chaque médecin recevra une lettre ainsi qu’un e-mail de l’INAMI et les pharmaciens seront informés davantage à l’aide d’un bulletin d’information électronique.

Les sprays nasaux
Les sprays nasaux contenant des corticostéroïdes, qui jusqu’à présent n’étaient disponibles que sur prescription chez le médecin, le seront désormais en vente libre, sans prescription. Cette mesure vise à inciter les citoyens à utiliser davantage les sprays nasaux sûrs au lieu des sprays vasoconstricteurs qui sont dangereux pour la santé.
• Éviter la dépendance
L’utilisation de sprays nasaux à base de corticostéroïdes, qui sont plus sûrs, permet d’éviter aux patients de développer une dépendance. Une étude menée par les universités de Gand et de Liège dans 181 pharmacies et auprès de 2277 patients a révélé que 49 % des patients qui utilisent des sprays nasaux vasoconstricteurs le font pendant plus de 5 à 10 jours, ce qui correspond à de la surconsommation.
• Éviter la rhinite chimique et l’attaque des muqueuses
En utilisant des sprays nasaux plus sécurisés, les patients évitent aussi une attaque des muqueuses ainsi qu’une rhinite chimique, à savoir un nez bouché causé par l’utilisation de longue durée d’un spray nasal vasoconstricteur.
• Patients chroniques : remboursement et protection grâce au maximum à facturer
Les patients chroniques disposant d’une prescription médicale bénéficieront toujours d’un remboursement, certes, mais moins élevé qu’avant. En ce qui concerne les sprays nasaux, les patients chroniques sont protégés par le maximum à facturer (MAF).
Les sprays nasaux contenant des corticostéroïdes sont placés dans la catégorie Cx pour le remboursement aux patients chroniques.
En principe, le ticket modérateur des médicaments de la catégorie Cx n’est pas pris en compte dans le MAF, mais les sprays nasaux contenant des corticostéroïdes seront l’exception à la règle.

Une modification de loi veillera à ce que le ticket modérateur payé par les patients chroniques pour les sprays nasaux soit pris en compte dans le maximum à facturer, et ce, à partir du 1er janvier 2017. Une fois le montant maximal atteint, le patient ne devra plus rien débourser de sa poche pour les soins médicaux prescrits.

Les antiacides
La notice des antiacides au dosage le plus élevé mentionne, sur la base d’études scientifiques, que la prise d’antiacides doit être limitée à des traitements de deux mois. Dès lors, les emballages de 84, 98 ou 100 comprimés ne sont plus nécessaires et ne seront donc plus remboursés.

Tous les autres conditionnements, de 60 comprimés ou moins, seront toujours remboursés, aussi pour le dosage le plus élevé.

Il est demandé aux médecins, spécialistes et généralistes, d’envisager un traitement d’une durée maximale de huit semaines pour le patient, avec un antiacide au dosage le plus élevé, suivi ensuite d’antiacides aux dosages inférieurs.

Exceptions pour les antiacides au dosage le plus élevé et les grands emballages :
• les patients souffrant du syndrome de Zollinger-Ellison ou qui sont en traitement après une ablation par radiofréquence d’un œsophage de Barrett.
Ces patients ne paient pas de ticket modérateur et bénéficient d’un remboursement intégral pour les antiacides au dosage le plus élevé. La condition préalable est que le médecin-conseil ait émis un avis favorable.
• Les antiacides à base de lansoprazole (sauf ceux des fabricants qui n’ont pas accepté les baisses de prix proposées). Les antiacides à base de lansoprazole peuvent bien être utilisés pendant plus de deux mois au dosage le plus élevé (30 mg) chez des patients qui suivent un traitement permanent aux anti-inflammatoires. Certains de ces antiacides sont donc bien remboursés, aussi bien au dosage le plus élevé qu’aux dosages inférieurs, et même pour les grands emballages de plus de 100 comprimés.

Les antibiotiques
Afin de limiter davantage la surconsommation d’antibiotiques, le montant du ticket modérateur que paient les patients pour des antibiotiques augmentera à partir du 1er mai. Le but de cette mesure est de faire en sorte que les médecins prescrivent moins d’antibiotiques, mais aussi que les patients en demandent moins rapidement.

Le prix des médicaments bel et bien à la baisse
L’indice des prix à la consommation du Service public fédéral Économie a révélé que, pour la période de janvier 2014 à décembre 2016, le prix des médicaments a baissé de 2,2 % pour les patients. Ces baisses de prix sont entre autres le résultat des accords conclus avec l’industrie pharmaceutique dans le cadre du Pacte d’Avenir.
Une des mesures phares est le patent cliff, un système permettant de faire chuter en une fois le prix des médicaments hors brevet, au lieu de le faire baisser très lentement et progressivement comme auparavant. Ainsi, le prix de 1306 médicaments a chuté au 1er mars 2016.
L’industrie pharmaceutique applique ce patent cliff quatre fois par an. À nouveau, le prix de 107 médicaments chutera au 1er avril 2017.

Pour plus d’information : http://www.inami.fgov.be/fr/themes/cout-remboursement/par-mutualite/medicament-produits-sante/remboursement/specialites/economies/Pages/default.aspx

Votre avis nous intéresse!

Avis