L’Ilot sacré doit se discipliner

COMMERCES

L’Ilot sacré doit se plier aux règles communales. Ce ne doit plus être une zone de non droit. Sous l’impulsion d’Yvan Mayeur, bourgmestre de la Ville de Bruxelles et de Geoffroy Coomans de Brachène, échevin de l’Urbanisme, l’Ilot sacré applique enfin le règlement communal.
Ce sont d’abord les tentes solaires qui ont été enlevées par les ouvriers communaux dans le cadre d’un arrêté communal institué pour faciliter les interventions en termes de sécurité dans le quartier : « Le but final de l’opération est de redynamiser le quartier commerçant, de redonner un nouveau souffle à l’Ilot sacré qui se situe dans la zone UNESCO Grand-Place. C’est un quartier au potentiel patrimonial incroyable qui regorge de magnifiques façades qui ne demandent qu’à être dévoilées. Or, celles-ci sont totalement cachées par les tentes solaires, porte-menus, bancs d’écaillers, chaufferettes, néons, tuyaux de gaz apparents et j’en passe », nous indique Geoffroy Coomans de Brachène.
Dans le même esprit, les terrasses ont été retirées des rues afin que les restaurateurs se plient au règlement prévoyant exclusivement une autorisation saisonnière et ce, malgré les râles des commerçants. Et tout de suite, l’Ilot sacré retrouve un charme que l’on avait oublié… (Photo : ©Bernard Rosenbaum)
Bernard Rosenbaum

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article