L’expulsion violente d’un sans-papier



Lancement d’un crowdfunding en soutien à 6 personnes inculpées pour avoir empêché l’expulsion violente d’un sans-papier #JeNeLaBouclePas

Le 17 août 2016, alors que les passagers prennent place à bord d’un vol Belgique – Cameroun, ils sont témoins d’une scène choquante : un homme, ligoté, est maintenu sur son siège par deux policiers. L’homme crie et semble étouffer. Face à cette situation, la majorité des passagers refuse de fermer les yeux. De manière pacifique, ils expriment leur indignation face à la violence de l’expulsion en cours, et refusent de s’asseoir. Le commandant de bord ordonne finalement aux policiers d’abandonner l’expulsion. Les agents de police désignent alors, arbitrairement, six personnes comme étant les « meneurs » des protestations.

Ces passagers, trois Français et trois Camerounais, sont à présent poursuivis pour « entrave méchante à la circulation aérienne ». Une première audience a eu lieu le 31 mai 2017 au Tribunal correctionnel de Bruxelles. Un des inculpés, Trésor, ayant apporté une nouvelle vidéo des faits, le procureur a demandé un délai pour analyser cette dernière. Le procès a donc été reporté au 15 novembre 2017 en matinée.

Après avoir diffusé un appel à soutien qui a été signé par plus de 100 associations, les organisateurs de la campagne #JeNeLaBouclePas ont lancé, ce mercredi 11 octobre, un crowdfunding de 3 500 euros visant à couvrir les frais d’avocat. Les inculpés sont défendus par le cabinet Progress Lawer Network. Parallèlement au crowdfunding, une pétition est lancée et propose à tout citoyen d’assumer publiquement, qu’en pareille situation, il ne la bouclerait pas! Plusieurs personnalités artistiques ont déjà témoigné leur soutien dans une vidéo: Philippe Geluck, Bénédicte Liénard, Geneviève Damas, David Murgia…

A l’heure où ce communiqué est envoyé, le crowdfunding a déjà 34% ou 1 180€.

« Nous ne resterons pas les bras croisés face à cette violence de l’État qui poursuit des citoyens pour le seul fait de s’être indignés face à la violence. Nous dénonçons la stratégie de Theo Francken qui tend à criminaliser la solidarité » affirme Sebastian Franco, porte-parole de la Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants (CISPM).

« A l’heure où l’Etat belge collabore avec l’une des pires dictatures au monde pour expulser des Soudanais vers leur pays d’origine, en totale violation de l’article 3 de la CEDH, la solidarité citoyenne des passagers qui empêchent ces expulsions illégales apparaît plus que jamais comme le dernier rempart contre la barbarie » ajoute Clarisse Van Tichelen, membre de Tout Autre Chose.

Nous appelons à un rassemblement le jour du procès, ce mercredi 15 novembre 2017 à 8h00 devant le Palais de Justice, place Poelaert à Bruxelles. Des prises de paroles des inculpés et de leurs avocats seront organisées.

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article