Le retour des tiques…

Le retour des tiques…

La température augmente, le soleil fait son apparition… Ceci nous incite à la balade dans les bois ou les parcs ou tout simplement au farniente dans le jardin…

Mais c’est aussi la saison des tiques et on les trouve partout où il y a de la végétation.

Ces petits parasites peuvent s’accrocher à votre peau ou celle de vos animaux pour se nourrir du sang de ses hôtes. Les chats qui se promènent dans la nature en sont souvent victimes.

Pas trop de panique, la tique n’est pas trop dangereuse en Europe à condition de la retirer rapidement, idéalement dans les 24 h. Il est recommandé d’utiliser à cette fin un « tire-tique », mais une pince à épiler peut aussi faire l’affaire. L’important est de ne pas laisser la tête de la tique dans la peau.

N’empêche que dans 10% des cas, les tiques seraient porteuses de la bactérie Borrelia à l’origine de la maladie de Lyme.

Cette maladie infectieuse peut toucher plusieurs organes, principalement la peau, les articulations et le système nerveux.

Si vous avez été piqué par une tique et si vous constatez des symptômes anormaux, notamment une tache rouge autour du point de morsure, des maux de tête (impression de grippe) ou des douleurs aux articulations, rendez-vous chez votre médecin. Les symptômes de la maladie de Lyme peuvent apparaitre plusieurs semaines après la morsure.

Vous trouverez diverses informations sur la question, hélas parfois contradictoires, sur de nombreux sites internet.

L’Institut de Santé Publique (ISP) réalise une recherche sur les tiques en Belgique.
Ainsi, en 2016, près de 10.000 morsures de tique ont été recensées dans notre pays.
Si des « zones à risque » peuvent être définies, il ne faut en aucun cas manquer de vigilance ailleurs.
Pour l’année 2016, nous noterons notamment sur le site de l’ISP, 2321 morsures en province d’Anvers, 1333 au Limbourg, 1255 en Brabant flamand, 1099 en province du Luxembourg… Bruxelles vient en bas du tableau avec 92 morsures déclarées.

Ces chiffres émanent des consultations médicales ou des déclarations envoyées sur le site https://tiquesnet.wiv-isp.be/ sur lequel vous trouverez ces informations détaillées.

Dans le contexte d’une étude sur la présence éventuelle de différents pathogènes dans les tiques en Belgique, l’Institut scientifique de Santé publique cherche à collecter le plus possible de tiques qui ont mordu des personnes (et non des animaux).
La procédure pour l’envoi des tiques est expliquée sur le site https://tiquesnet.wiv-isp.be/

André Decorte

Votre avis nous intéresse!

Avis