Le projet Néo

Le projet Néo: une opportunité pour répondre aux besoins des habitants ou des grands promoteurs?

Ce lundi, la nouvelle maquette du projet “Néo” au Heysel était présentée au Conseil Communal de Bruxelles. Un projet qui semble plus taillé pour répondre aux besoins des grands promoteurs qu’aux besoins des habitants. Pour le PTB, ces terrains publics représentent une formidable opportunité pour répondre aux besoins des habitants, notamment en ce qui concerne le logement.
Un bruxellois sur deux a droit à un logement social. Mais actuellement, il y a plus de 40.000 ménages en attente d’un logement social, forcés de patienter dans le marché privé où les loyers ont explosé. Ce qui fait qu’aujourd’hui, se loger est devenu une vraie cause de pauvreté et d’inégalité. À Laeken, le nombre de logements sociaux n’a augmenté que de 20 unités entre 2008 et 2015 alors que la population a augmenté de 3600 habitants. “Les 67 hectares de terrains au Heysel représentent l’une des plus grandes réserves foncières de notre Région. Ils sont en grande partie publics. C’est une formidable opportunité pour répondre aux besoins des habitants et y construire des logements sociaux de qualité, entourés d’équipement collectifs comme des écoles, des équipements sportifs, …etc.” explique Bruno Bauwens, responsable de la section bruxelloise du PTB. “Malheureusement, ce n’est pas le choix pris par le Collège Communal. Sur les 750 logements prévus, il n’y a aucun logement social!” rajoute-il.

En effet, parmi les logements autorisés,15% de logements publics (on ne sait pas encore si un tarif social sera appliqué ou non) et 85% de logements privés. “La majorité PS-Spa-MR-VLD fait ici un choix très clair. Celui de permettre aux promoteurs et propriétaires de s’enrichir sur le dos des locataires, grâce à nos terrains publics” explique le responsable local.
Une politique ambitieuse de logements sociaux est possible. À Vienne, 40% des habitants vivent dans un logement social ou public. À Lille, tout projet privé de plus de 17 logements doit comprendre au minimum 30 % de logements sociaux, une proposition de longue date du PTB.

“Au lieu de choisir uniquement des logements haut de gamme, Bruxelles doit donner la priorité aux besoins des habitants. Elle doit d’urgence entamer la construction de plus de logements publics et sociaux. Servir les intérêts des barons du béton ou servir sa population, pour le PTB le choix est évident.” conclut Bruno Bauwens.

Votre avis nous intéresse!

Avis