« Le monument à Everard t’Serclaes est de retour! « 

Ca y est ! La Ville de Bruxelles a retrouvé son monument à Everard t’Serclaes, ou du moins sa copie conforme, pour le plus grand plaisir des bruxellois et des touristes. Le monument original et la maquette, tous deux restaurés, sont exposés dans l’Hôtel de Ville.

Il y a 660 ans jour pour jour, le 24 octobre 1356, la Guerre de succession du Brabant bat son plein entre Wenseslas de Luxembourg et son épouse d’une part, et Louis de Male, comte de Flandre et son épouse Marguerite de Brabant d’autre part.

C’est ce même jour qu’Everard t’Serclaes entre dans l’histoire, lorsqu’avec une poignée d’hommes, il escalade les remparts de la ville et la libère du Comte de Flandre. Il devient alors une légende. Par la suite, il poursuivra une remarquable carrière politique et sera nommé cinq fois Échevin.

Il décédera le 31 mars 1388 à la maison de l’Etoile de la Grand-Place de Bruxelles des suites de l’agression par les hommes du seigneur de Gaasbeek qui lui arrachent la langue. Ce n’est donc pas un hasard si l’œuvre de l’artiste Julien Dillens a été installée en 1902 sous la maison où Everard t’Serclaes succomba à ses blessures, dans une galerie aménagée au coin de la rue Charles Buls et de la Grand-Place.

« 660 ans plus tard, la Ville de Bruxelles rend hommage à son libérateur en lui offrant une copie conforme flambant neuve réalisée par Brons Atelier. Constituée de bronze, elle tient compte de l’aspect doré original de l’œuvre de Julien Dillens. Seul le gisant a revêtu une patine noire, qui répond également à la polychromie originale. » explique Geoffroy Coomans de Brachène, Echevin de l’Urbanisme et du Patrimoine qui ajoute « en tant que descendant de la famille d’Everard t’Serclaes c’est d’autant plus un honneur pour moi de pouvoir inaugurer ce monument. »

Pas un, pas deux mais trois t’Serclaes…

Il y a cinq ans, en 2011, la Ville de Bruxelles décidait de démonter le monument à Everard t’Serclaes. Des études préalables démontraient en effet la présence de nombreuses altérations comme la corrosion et l’usure du métal suite aux contacts répétés avec les visiteurs. Une tradition veut en effet qu’effleurer la statue porte bonheur. En 2012, une étude préalable à la restauration est réalisée. L’examen approfondi conclut qu’au regard de son état de conservation, des travaux de restauration auraient été insuffisants pour assurer la sauvegarde de l’œuvre en extérieur. Il est donc décidé en 2013 d’exécuter une copie du monument à l’identique.

La maquette en plâtre, qui a servi à l’origine de modèle pour la réalisation du monument, était quant à elle conservée par la Ville dans le préau du Lycée Dachsbeck, rue de Rollebeek à Bruxelles.

En 2015, la Ville lance un marché pour la restauration de l’original, de la maquette en plâtre et pour le réalisation d’une copie.

Aujourd’hui le monument original, restauré par l’atelier Meta Fose et la maquette restaurée par l’atelier Lapis Arte sont exposés dans la salle ogivale de l’Hôtel de Ville.

Le Mécénat, une grande première pour la Ville

L’inauguration du monument à Everard t’Serclaes était également l’occasion pour la Ville de mettre en lumière une grande première: la rencontre entre Prométhéa, le Fonds Baillet Latour et la Ville de Bruxelles. Ainsi, grâce à Prométhéa, qui a pour mission le développement du mécénat d’entreprise en faveur de la Culture et du Patrimoine, la Ville est entrée en relation avec le Fonds Baillet Latour. Ce dernier a quant à lui pour mission de soutenir, encourager et stimuler des initiatives remarquables en contribuant continuellement à des projets qui font la différence. Un honneur pour la Ville de Bruxelles qui est heureuse de savoir que la restauration du t’Serclaes et de sa copie sont l’un d’entre eux et qui espère pouvoir réitérer ce genre de démarches pour d’autres projets à venir.

Un site internet créé pour l’occasion regroupe toutes les infos sur le monument ainsi que les différentes étapes du chantier et des photos : www.evrardtserclaes.be

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article