LANCEMENT OFFICIEL DE LA SAISON DES MOULES

LANCEMENT OFFICIEL DE LA SAISON DES MOULES (ÉLEVAGE SUR FOND DE MER)
Les premières moules récoltées dans l’Escaut oriental sont petites mais très bonnes

C’est ce mercredi qu’a eu lieu la première récolte des nouvelles moules de Zélande dans l’Escaut oriental, moment que les amateurs belges et hollandais attendent chaque année avec impatience. Ceux-ci peuvent d’ores et déjà se réjouir, car cette année les moules sont bien remplies, même si elles devront encore grossir au cours des prochaines semaines. Au plan gustatif, rien de tel que des moules nature avec une bière blanche comme le recommande le sommelier en bières Ben Vinken.

« Le goût est excellent et les coquilles sont bien remplies, mais il faudra attendre un peu pour les grands formats », explique Nico van Zandvoort, mytiliculteur. « Les coquilles sont encore petites, probablement en raison des faibles précipitations de ces dernières semaines. Maintenant qu’il fait moins chaud et moins sec, l’apport de nourriture dans les zones d’élevage va augmenter et le retard sera vite rattrapé. »

À l’occasion de la première récolte, les deux gagnants du programme TV belge « Mijn Pop-uprestaurant » ont préparé des moules au barbecue, accompagnées d’une bière blanche spéciale. Ce choix a impressionné le célèbre sommelier en bières Ben Vinken : « Les moules et la bière blanche forment une combinaison idéale. Les acides délicieux d’une bière blanche se marient en effet à merveille avec le goût saumâtre des moules de Zélande. »

Le secteur mytilicole en chiffres
Les zones de production de la moule de Zélande sont situées à 60 % dans la mer des Wadden et à 40 % dans l’Escaut oriental. Les moules ont besoin d’environ deux ans pour arriver à maturité. Dès qu’elles sont prêtes à la consommation, les 88 mytiliculteurs apportent leurs échantillons à la criée aux moules de la ville zélandaise de Yerseke. Les moules se débarrassent ensuite de leur sable dans les parcelles de dégorgement (« entrepôts humides ») situées dans l’Escaut oriental, puis prennent le chemin de l’une des entreprises mytilicoles zélandaises, où elles sont traitées et conditionnées.

Les Belges représentent à eux seuls 65 % de la demande totale. Les moules sont en effet ancrées dans leurs habitudes alimentaires et constituent un véritable produit national. La France et l’Allemagne complètent le podium. Aux Pays-Bas, la consommation de moules est en augmentation, mais le pic de vente survient plus tard dans la saison, vers le mois de septembre.

Votre avis nous intéresse!

Avis