La direction de la RTBF aime bien trop Bel RTL

8. La direction de la RTBF aime bien trop Bel RTL
Qu’est-ce qui réunit ces deux personnages dont des actualités récentes ont terni l’image de la RTBF?
Je veux parler de:
– 1: Alain Simons, dont les propos discriminatoires sur les Gitans viennent d’être sanctionnés par le Conseil supérieur de l’audiovisuel.
Le communiqué (rédigé par le CSA lui-même) qui explique au public cette condamnation devra être prochainement diffusé par la RTBF.
Il sera lu, dans son intégralité, dans le programme «Charleroi matin» (là où l’infraction a été commise), une fois immédiatement après la diffusion du journal parlé de l’éditeur, deux fois par jour, une première fois à 6h30 et une seconde à 7h30, du lundi 19 juin 2017 au dimanche 25 juin 2017 inclus.
De plus, il sera affiché de manière ininterrompue sur la page d’accueil du site internet de «Vivacité Charleroi» du lundi 19 juin 2017 au dimanche 25 juin 2017 inclus.
Découvrez le texte de la condamnation ainsi que celui du communiqué à diffuser: http://csa.be/breves/1122
– 2: Francis Goffin, le directeur des radios de la RTBF, à qui il est reproché une «mentalité» sexiste (sa conception particulière des voix de femmes en radio).
Voici ses propos publiés dans Moustique du 26/04/2017 et la réaction de l’intéressé à la critique qui lui est faite:
http://www.lalibre.be/culture/medias-tele/francis-goffin-patron-des-radios-de-la-rtbf-a-t-il-tenu-des-propos-sexistes-le-principal-interesse-repond-590ca327cd70022542a443c6
Monsieur Goffin semble être le plus gros salaire de la RTBF.
Dans un article de La Libre du 08/02/2017, on a appris qu’en salaires annuels bruts fixe + variable, rien que François Tron gagnait 334.932€, Jean-Paul Philippot 337.049€, et Francis Goffin 397.939€ (pour comparer, le patron de l’ONE touche 127.000€, et notre premier ministre Charles Michel 290.000€).
Pour le directeur des radios, Fernand Letist parlait déjà de contrat «sur démesure» dans un article qu’il publia dans «Le Soir» du 20/02/2004.
Qu’est-ce qui rassemble donc Alain Simons et Francis Goffin?
La direction de la RTBF est allé les chercher dans le même berceau idéologique: Bel RTL.
Ceci pose bien entendu un problème lié à la présence de la publicité à la RTBF.
On cherche, pour capter plus d’annonceurs, à organiser des programmes de plus en plus ressemblant à ceux du diffuseur privé le plus populaire. Et donc, on va chercher du personnel (parfois en faisant briller un salaire… qui demandera énormément de recettes publicitaires pour être rétribué mois après mois) dans le vivier-même de RTL, peut importe s’il n’a n’a pas été formé à la culture « service public».
Non, le service public et les diffuseurs privés, ce n’est pas la même chose, n’en déplaise à la direction et au CA de la RTBF.
La situation est d’autant plus problématique que, ces quinze dernières années, les «anciens» du personnel ertébéen mis à la (pré)retraite n’ont guère eu la possibilité de transmettre convenablement à la nouvelle génération tout leur savoir «service public».
Il en résulte une «culture» service public de plus en plus homéopathique à la RTBF. Certains se demanderont avec a propos à quoi sert donc la dotation. Sans différences conséquentes des mentalités, des «pratiques», des programmes, l’Europe plaidera un jour peut-être pas si éloigné, la concurrence déloyale.
Puissent les parlementaires qui étudient le prochain contrat de gestion inventer des balises qui permettraient d’éviter ce qui n’est encore que des exceptions: les propos exécrables de Messieurs Goffin et Simons.
Bernard Hennebert

Votre avis nous intéresse!

Avis