La concertation entre la ministre De Block et l’association des chirurgiens plasticiens aboutit à une solution équilibrée

La concertation entre la ministre De Block et l’association des chirurgiens plasticiens aboutit à une solution équilibrée

Une réunion a eu lieu aujourd’hui entre Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, et la Société royale belge de chirurgie plastique (RBSPS – Royal Belgian Society for Plastic Surgery) concernant la problématique de la reconstruction mammaire en cas de cancer.
La ministre De Block : « Nous souhaitions parvenir rapidement à une solution dans l’intérêt des patientes ».
La ministre a souligné le caractère équilibré de la convention sur le plan financier. Elle a également souligné qu’aucun supplément excessif ne pourra être facturé aux patientes et que l’intervention sera accessible à toutes les patientes.

Les deux parties, la ministre et l’association professionnelle des chirurgiens plasticiens sont satisfaits car « une solution issue d’une concertation est toujours préférable à une initiative législative à imposer ».

La concertation fut l’opportunité de dissiper certains malentendus et certaines opinions erronées et de répondre aux préoccupations justifiées de l’association professionnelle des chirurgiens plasticiens.
On a ainsi pu préciser que le choix d’une convention spécifique est lié au caractère particulier de l’intervention. Une telle convention définissant des règles en matière d’honoraires et de suppléments d’honoraires sera uniquement envisagée dans des pathologies exceptionnelles et avec l’accord de la Commission nationale médico-mutualiste.
La réglementation actuelle a d’ailleurs vu le jour sur proposition de cette commission.

Lors de la concertation il a également été précisé que l’objectif visant à ne pas facturer de suppléments dans 40 % des interventions et d’hospitaliser les patientes dans des chambres à deux lits était un objectif national. Ce pourcentage ne sera donc pas envisagé par hôpital mais constitue bien une moyenne pour l’ensemble de la Belgique. Il reflète en outre la réalité du terrain.
Par ce principe, la Ministre De Block souhaite faire en sorte que les patientes aient la garantie, si elles le souhaitent, d’être soignées dans une chambre à deux lits.

La Société royale belge de chirurgie plastique a également obtenu la garantie que ses représentants seront associés à l’évaluation de la convention. Cette évaluation aura lieu après une année d’application et pourra donner lieu à des améliorations supplémentaires, pour entre autres les reconstructions mammaires bilatérales.
Il sera demandé à l’INAMI de créer et de convoquer rapidement un groupe d’évaluation après la signature de la convention.

Il sera demandé à la commission nationale médico-mutualiste de prévoir une amélioration de l’intervention pour l’aide opératoire nécessaire le plus rapidement possible.

La ministre De Block souhaite d’autre part que les autres prestations de chirurgie reconstructive avec un objectif thérapeutique clair, soient examinées dans les prochains mois au sein des organes compétents de l’INAMI.

La Société royale belge de chirurgie plastique a exprimé sa satisfaction concernant ces garanties et a déclaré que dans ces circonstances elle ne s’opposera plus à la signature de la convention.

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article