La Belgique libère 4 millions d’euros d’aide humanitaire supplémentaire pour la Jordanie

Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo va libérer 4 millions d’euros d’aide humanitaire supplémentaire pour l’accueil des réfugiés de guerre syriens en Jordanie. C’est ce qu’il a annoncé aujourd’hui lors d’une visite de travail humanitaire en Jordanie. Le vice-Premier ministre De Croo s’est rendu avec S.M. la Reine Mathilde dans un camp de réfugiés et a visité un projet de l’UNICEF qui mise sur l’éducation des enfants réfugiés les plus vulnérables.

Ces dernières années, la Jordanie, comme la Turquie et le Liban, a dû faire face à un afflux massif de réfugiés syriens. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a déjà enregistré plus de 650.000 réfugiés syriens en Jordanie. Près de huit réfugiés sur dix sont des femmes et des enfants.

En raison de la situation humanitaire particulièrement difficile, la Belgique fait exceptionnellement passer son budget à 175 millions d’euros cette année, soit un montant record. Plus de 65 millions d’euros ont été affectés à la crise des réfugiés syriens et 10 millions d’euros d’aide humanitaire à la Jordanie.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo a annoncé aujourd’hui qu’il dégagerait 4 millions d’euros d’aide supplémentaire pour la Jordanie. Concrètement, il s’agit de :
• programmes d’aide en espèces par identification biométrique de l’UNCHR : 1 million d’euros ;
• programmes d’éducation de l’UNICEF pour les enfants réfugiés vulnérables (modèle Makani) : 2,5 millions d’euros (2016-2017) ;
• aide humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) : 0,5 million d’euros.
Programme d’aide en espèces par identification biométrique de l’UNHCR
S.M. la Reine Mathilde et le vice-Premier ministre De Croo ont visité le camp de réfugiés de Zaatari où l’UNHCR a un programme d’aide en espèces par reconnaissance biométrique. Ce programme prévoit une aide financière en argent pour les réfugiés. Grâce à cette nouvelle approche, les réfugiés peuvent s’acheter eux-mêmes leurs fournitures de base, ce qui réduit la pauvreté et accroît leur autonomie. De plus, cela stimule l’économie locale et cela réduit les coûts administratifs.

Le programme d’aide en espèces de l’UNHCR fait aussi appel aux dernières technologies. Les réfugiés sont identifiés par reconnaissance biométrique de l’iris. Alexander De Croo a annoncé lors de la visite de Zaatari que notre pays débloquera 1 million d’euros en plus pour les programmes d’aide en espèces par identification biométrique de l’UNHCR.

Plutôt cette année, la Belgique a décidé de libérer 1 million d’euros en faveur du camp Zaatari, pour que les 20.000 réfugiés de guerre aient accès aux services de santé.

Avec 80.000 habitants, Zaatari est devenue cette année la quatrième ville de Jordanie. Près de six réfugiés sur dix est mineur. Zaatari compte neuf écoles, deux hôpitaux et neuf centres de santé. Chaque semaine, on y enregistre 80 naissances et 14.000 consultations médicales.

Éducation pour les enfants réfugiés les plus vulnérables
S.M. la Reine Mathilde et le vice-Premier ministre De Croo ont aussi visité un projet éducatif du Fonds des Nations unies pour l’enfance, l’UNICEF. Le projet prévoit des activités éducatives et une assistance psychosociale pour les enfants réfugiés les plus vulnérables. Si les autorités jordaniennes offrent un enseignement via l’éducation publique à quelque 145.000 enfants réfugiés syriens, selon les estimations, 80.000 enfants ne reçoivent aucune forme d’éducation. Ils pourraient devenir une génération perdue. Via 216 centres d’enseignement, aussi bien dans les camps de réfugiés que dans les communautés d’accueil, l’UNICEF essaie de les atteindre malgré tout.

L’UNICEF a pour cela développé une stratégie particulière, le modèle Makani. Dans les centres Makani, l’UNICEF propose toute une série d’activités : de l’apprentissage de la lecture et du calcul à l’apprentissage des valeurs et des normes socio-culturelles, en passant par l’appui psychosocial. Les parents, les enseignants et les travailleurs sociaux y sont formés et sensibilisés pour créer un environnement où les enfants peuvent s’épanouir.

L’an dernier, l’UNICEF a ainsi fourni une assistance psychosociale à 106.000 enfants, un enseignement à plus de 32.000 enfants. Près de 47.000 jeunes ont reçu une formation sur les compétences de vie. Alexander De Croo a annoncé que notre pays soutiendrait les projets Makani de l’UNICEF en Jordanie au cours des deux années à venir au travers d’une contribution humanitaire de 2,5 millions d’euros.

Aide humanitaire belge en chiffres
• Budget total en 2016 : 175 millions d’euros
• Plus de 90 millions d’euros consacrés aux réfugiés à travers le monde
• 65 millions d’euros à la crise des réfugiés syriens
• 25 millions d’euros à l’UNICEF
• 19 millions d’euros à l’UNHCR
• Près de 10 millions d’euros d’aide humanitaire affectée à la Jordanie

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article