Irréductibles ! de l’androgyne aux genres très fluides

EXPOSITION

Irréductibles ! de l’androgyne aux genres très fluides
L’exposition comporte deux volets. Le premier sur l’erreur de perception due aux apparences physiques. Le deuxième sur l’erreur de perception due à nos croyances. Le premier volet nous dévoile des personnes nageant sous l’eau. On les voit comme des nageurs mais parfois aussi comme des nageuses.
Le problème est la perception que nous avons de ces êtres. Le doute s’installe. Quel est leur genre ? Des déformations changent constamment l’image que nous en avons. Mais, au fait, ces déformations sont-elles dues à l’eau ou à notre propre regard ? Peut-on parler de genres très fluides ?
Des siècles de culture monothéiste nous font voir les personnages nus et cornus comme très dangereux. Conditionnés par nos préjugés, nous y voyons de noirs démons néfastes. Pourtant il y a bien longtemps on les percevait comme des êtres de la nature, utiles, libres et fascinants. Ils étaient tantôt bons tantôt mauvais. Un peu comme nous finalement… Pourquoi ne pas les fréquenter, nous n’y perdrions ni notre âme ni notre culture ? En nous laissant aller à nos jugements arbitraires, nous enfermons l’autre dans un rôle dont il ne pourra plus s’échapper.
Parfois, nous nous en prenons physiquement ou verbalement à l’autre. En attaquant sa différence c’est à son existence même que nous en voulons. Quand celui qui n’est pas nous nous gêne, c’est sa vie même qui nous gêne.
Cette exposition est un plaidoyer pour la diversité.
Elle est visible au sein du Tels Quels Café, 46 rue Haute à 1000 Bruxelles, du vendredi au dimanche à partir de 18h30, du 5 mai au 5 juin. Renseignements : www.telsquels.be

Votre avis nous intéresse!

Avis