Gouvernement wallon : le médecin imaginaire



« Les prétendus remèdes proposés par Willy Borsus dans son discours des fêtes de Wallonie vont s’attaquer au niveau de vie de la majorité des Wallons plutôt que le contraire », réagit le député PTB Frédéric Gillot. « Ce gouvernement veut s’attaquer encore un peu plus aux travailleurs sans emploi de notre région. Les ex-travailleurs de Caterpillar, les ex-travailleurs de la sidérurgie et des autres entreprises en difficulté ne sont ni des rentiers ni des fainéants qui ont besoin d’être “activés”. Ce sont des gens qui ont besoin d’un emploi correct. Il est temps que le Ministre-président sorte de sa bulle. »
Dans son discours, le Ministre-président a aussi abordé la question de l’environnement. « Le plan du gouvernement wallon est de faire un peu plus ce qui se fait déjà, sans résultat », selon Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB. « Ce gouvernement décide de donner plus de subsides aux entreprises privées pour que ces dernières prennent des initiatives en matière d’environnement. Est-ce qu’on peut attendre d’Electrabel qu’elle se mette comme première priorité la protection de l’environnement plutôt que la protection de ses propres profits ? Bien sûr que non. Il est nécessaire de prendre des initiatives publiques conséquentes pour changer la donne climatique. »
« Ce gouvernement prétend vouloir se battre contre la précarité quand il projette en fait de faire tout le contraire », poursuit Frédéric Gillot. « Que vont devenir les chômeurs qui seront exclus en masse en Wallonie ? Que vont devenir les Wallonnes et les Wallons qui ne sauront plus payer leur loyer à cause de l’augmentation de ceux-ci dans les logements sociaux ? Ce gouvernement des riches n’est pas l’avenir de la Wallonie mais sera surtout le gouvernement de la précarisation des Wallonnes et des Wallons. Nous connaissions le malade imaginaire et maintenant nous avons le médecin imaginaire. Le seul remède qu’ils connaissent : la saignée. »
PTB

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article