Exposition :”Lisière” Peintures et dessins de Nancy Seulen

Exposition :”Lisière”
Peintures et dessins de Nancy Seulen
Du 3 au 18 juin 2017
Espace B – Haute Rue, 33A – 1473 Glabais
samedi et dimanche de 14 à 18 h ou sur rendez-vous 067.79.08.11
info@espaceb.be – www.espaceb.be

Intimisme – Les soliloques de Nancy Seulen
Lorsque vous pénétrez l’atelier quelque chose vous dit de suite que vous ne serez pas indifférent à ce qui s’agite sur les murs. S’agite ! Un mot absurde pour des oeuvres, au crayon, au pastel, à l’huile, techniques mixtes emplies de valeurs chromatiques ou spirituelles, que l’œil scrute comme il va à l’abordage d’images qui s’offrent à lui tout en même temps qu’elles s’en éloignent.
La peinture et le dessin de Nancy Seulen, née en 1967, sont à prendre (vilain mot) en douceur, sans urgence mais avec la conviction d’entrer avec elle en un monde où tout est peinture et tout est vie aussi.
Pas une vie claironnée, une vie du silence et du retrait. Une vie de l’intimité qui ne se dévoile que pas à pas. Sans crier gare. Sans faire trop de mouvement. Dans le plein des émotions que libèrent dessins et peintures.
Tout, avec elle, est bonheur plastique. On le sent, le pressent, le ressent. Son art est vibratoire dans la délicatesse des traits, dans l’approche serrée des lignes et des lumières qui les traversent.
Dans ses peintures, à approcher sans croire avoir tout vu d’un coup, il y a des couleurs et des lignes qui s’entrelacent, palpitent de concert avec l’ambiance généreuse du tableau.
Récemment, elle a redécouvert les travaux intimistes de Georges Le Brun à la faveur de l’expo de Namur. Elle apprécie les tableautins d’Henri Pirenne et ces deux hommes étaient des amis. A des décennies de distance, Nancy Seulen les rejoint par une approche parallèle de la réalité chromatique des jours et des heures.
Autant ses petits tableaux carrés que ses grands formats, traversés de sensations, déclenchent des émotions spontanées, comme si la profondeur de champ de ses introspections picturales s’accordait aux vôtres par la grâce d’une transmission de pensée qui doit tout au profond de l’implication plastique dans le processus d’un ouvrage venu du dedans.
Verts, bruns et bleus, matières et saveurs se lient et délient sans effets superflus. Les blancs et les noirs aussi. Clair-obscur, noirs profonds, blancs sauvages, une âme a construit ces partitions très sensibles.
Roger Pierre Turine
2016

Votre avis nous intéresse!

Avis