Et si tout cela ne servait à rien?

Et si tout cela ne servait à rien?
Par rapport aux grands médias, le public est très fataliste. Que peut-on faire!
Il est vrai que la presse médiatise peu les batailles remportées dans ce domaine par le public. Or, il y en a eu de tout temps, émanant soit de lobbies ou d’associations d’usagers.
L’éducation aux médias n’aborde pas systématiquement ce type de réflexion. Plutôt préparer des consommateurs plus critiques que de former des usagers qui forcent le service public à mieux respecter sa raison d’exister! L’idéal serait bien entendu de faire les deux à la fois.
Et voici donc quelques pans de l’Histoire (chronologique) des batailles gagnées pour «améliorer» la RTBF (parfois malgré sa direction) avant que naisse «La RTBF nous appartient»:
1. Fin des années ’70, proche de l’hebdomadaire Pour, le collectif «la RTBF est aussi la nôtre» conquit la poursuite de «Du sel sur la queue», une émission qui donnait la parole en direct aux auditeurs via le téléphone.
2. Le 1er novembre 1981, sourds et malentendants manifestent jusqu’aux grilles des bâtiments de Reyers pour davantage de traductions en langue des signes sur les écrans et seront interviewés ce soir-là au JT.
3. En 1990, le ministre Valmy Féaux donne raison à l’asbl Diffusion Alternative: la RTBF ne pourra plus dire sur ses antennes «Belga Jazz Festival» (Belga étant un sponsor cigarettier) mais bien «Belgium Jazz Festival» (nom officiel prévu dans les statuts de cet organisateur).
4. De 1994 à 2001, l’asbl «Association des téléspectateurs actifs» a multiplié les combats à l’égard du Conseil supérieur de l’audiovisuel, des télés locales, de RTL TVi, de Canal+ ou d’AB3, avec chaque fois des évolutions remportées. Et surtout vis-à-vis de la RTBF: quatre nouveaux programmes (le JT des enfants «les Niouzz», des agendas TV pour la culture mais aussi pour l’éducation permanente, des émissions de médiation tant en télé qu’en radio) mais aussi des «pratiques» jusque là inédites comme l’obligation de répondre par écrit à toutes les plaintes écrites dans les trente jours et «de façon circonstanciée».
Vous pouvez télécharger les 65 numéros de son journal «Comment Télez-Vous?», la mémoire de cette asbl. Il y a un sommaire par thématiques: http://www.consoloisirs.be/ata/index.html
5. Entre 2008 et 2012, le Conseil de la Jeunesse, Culture et Développement, Respire, les Equipes Populaires, le GRAPPE, Inter-Environnement, le Réseau Idée, le GSARA, Univers Santé, le CRIOC et Consoloisirs ont formé VAP! (Vigilance Action Publicité) qui a notamment lutté pour la suppression de la publicité et du sponsoring à la RTBF:
http://www.consoloisirs.be/articles/lejournaldumardi/081007.html
6. Depuis 2011, RTBF 89 mène des actions et donne la parole aux auditeurs ainsi qu’aux téléspectateurs de la RTBF sur une page facebook RTBF 89 (comptant près de 1.200 membres) et sur un blog: http://rtbf89.blogspot.be
7. En 2013, le Conseil de la Jeunesse conquit l’arrêt du placement de produits (mais lorsque ECOLO quittera le gouvernement, PS et CDH le réintroduiront, rompant ainsi de façon inédite, et scandaleuse, les équilibres du contrat 2013-2018 en cours de réalisation).
8. En 2017: naissance de «La RTBF nous appartient»… un titre choisi en hommage à la première association d’usagers de la RTBF?

Votre avis nous intéresse!

Avis