ENTREES GRATUITES JAN LAUWERS. SILENT STORIES

JAN LAUWERS. SILENT STORIES
INTERVENTION AVEC DE NOUVELLES OEUVRES
DE DIRK BRAECKMAN

En mai 2016, Jan Lauwers était le premier Belge à faire une exposition en solo au McaM, le tout nouveau musée d’art contemporain, sous la direction de l’artiste chinois Qiu Zhijie à Shanghai. Début 2017, une partie de cette exposition sera visible à BOZAR à Bruxelles.

En parallèle, Dirk Braeckman présente 12 interprétations monumentales de ‘The House of Our Fathers’ , la performance/installation muséale de longue durée de Needcompany.
Une sélection de photos de Braeckman est exposée en regard de nouvelles oeuvres plastiques de Jan Lauwers.
01.04 – 25.06.2017

Nature Morte, Jan Lauwers, 2016 © Phile Deprez

L’exposition, ‘Silent Stories’, propose un regard mélancolique sur l’histoire de l’art européen et fait notamment référence à ‘Feldhase’ (‘Le Lièvre’, 1502), du peintre, dessinateur et humaniste de la Renaissance Albrecht Dürer, aux lions du peintre et dessinateur baroque flamand Pierre Paul Rubens, au poète et plasticien surréaliste Marcel Broodthaers, et à des artistes comme Joseph Beuys et Marcel Duchamp, mais aussi Walt Disney. A partir des archives de sa vie, Jan Lauwers développe une installation monumentale, dans laquelle il réinterprète des matériaux et oeuvres du passé et les confronte à l’histoire de l’art. Lauwers crée des paysages, qui s’inclinent sereinement et interrogent le savoir-faire, la virtuosité et l’émotion.

En tant que créateur d’images et raconteur d’histoires, Lauwers entend créer avec cette oeuvre un dialogue entre l’artiste européen et l’artiste chinois. Son mot d’ordre est que l’art est devenu incapable de choquer, et doit communiquer différemment. Par des images nostalgiques sur l’homme et la nature, le langage imagé de Lauwers se rallie à l’humanité. Voilà pourquoi sa façon de faire du théâtre est renommée dans le monde entier.

Jan Lauwers: ‘Lors de mes voyages en Chine, notamment avec ‘La chambre d’Isabella’, j’ai compris encore plus clairement que la relation entre l’art et la société, quelle que soit la forme que prenne celle-ci, suscite un débat très vivant. L’espace public en Chine communiste est interprété totalement différemment qu’en Occident soi-disant ‘libre’. Sans changer l’art, nous devons tenter de communiquer à un autre niveau.

Au cours du vingtième siècle, l’art en Occident a presque tout déconstruit. De grands changements ont eu lieu dans la signification et dans la position de l’art. Avec Duchamp et le conceptualisme, l’art est presque devenu un espace vide. En Chine, cette évolution n’a pas eu lieu. C’est avec cette pensée à l’esprit que j’ai sciemment modifié la présentation et la communication de mon travail pour l’exposition chinoise.’

THE HOUSE OF OUR FATHERS
JAN LAUWERS VU PAR DIRK BRAECKMAN
En 2007, Jan Lauwers a présenté ses oeuvres d’art plastique à BOZAR dans l’exposition en solo ‘Restlessness’. En parallèle, il entamait également la réalisation de l’installation ‘La maison de nos pères’, une maison dans laquelle chaque détail est une oeuvre d’art non fonctionnelle et indépendante. Une maison accueillante dans laquelle ont eu lieu des durational performances qui duraient huit heures, avec le noyau dur des performers de Needcompany, qui faisaient confluer plus de trente ans de recherche en matière d’art, de danse, de théâtre, de littérature, de musique et de cinéma.
Pendant dix ans, ces installations/performances ont été montrées dans divers musées dont BOZAR (Bruxelles, 2007), haus der kunst (SPIELART, Munich, 2007), Kunsthalle Mannheim (Internationale Schillertage, 2011), Museum M (PLAYGROUND, Louvain, 2011), Herrenhausen-galerie (Kunstfestspiele, Hanovre, 2013) et McaM (Shanghai, 2016).

En 2013, Dirk Braeckman était invité à faire partie de l’installation/performance à Hanovre. Le résultat en fut la série de photos ‘La maison de nos pères’, qui révèle sous un jour nouveau cette installation et performance. Une interprétation baroque du travail de Jan Lauwers par Dirk Braeckman. ‘Braeckman ne photographie pas mon travail, il ne réalise pas le portrait d’un performer de Needcompany. Il recherche la vérité derrière un moment où l’éclairage, le mouvement et la matière deviennent un autoportrait,’ explique Jan Lauwers.
Une sélection de photos de Braeckman est exposée en regard de nouvelles oeuvres plastiques de Jan Lauwers. Une juxtaposition de ces deux mondes. Une sélection plus large d’oeuvres sera reprise dans le livre d’art que Dirk Braeckman et Jan Lauwers publient conjointement en collaboration avec MER. Paper Kunsthalle.

Lyberti, detail, Jan Lauwers © Phile Deprez
INFORMATIONS PRATIQUES
Jan Lauwers. Silent Stories
Intervention avec de nouvelles oeuvres de Dirk Braeckman. The House of Our Fathers
01.04 – 25.06.2017
Tickets: Entrée libre
Dans le cadre de: 30 ans Needcompany
BOZAR Palais des Beaux-Arts
Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles
Ouvert: de mardi à dimanche, 10h > 18h
(jeudi: 10h > 21h)
Fermé: Lundi
Soirée d’ ouverture: 31 mars 2017

19u @ BOZAR
Vernissage de l’exposition ‘Silent Stories’ avec performances live
Présentation du livre ‘The House of Our Fathers’,
Dirk Braeckman & Jan Lauwers, paru chez MER. Paper Kunsthalle (2017)
BOZAR Palais des Beaux-Arts, Rue Ravenstein 23, 1000 Bruxelles
Dès 21h – Réception d’ouverture @ MILL
avec la nouvelle installation de Lemm&Barkey
première mondiale de la vidéo OHNO COOPERATION
intervention Kuiperskaai.
MILL, Needcompany, Gabrielle Petitstraat 4, 1080 Sint-Jans-Molenbeek, metro Belgica

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article