“Early Warning System”: mieux vaut prévenir que guérir

“Early Warning System”: mieux vaut prévenir que guérir

Le Conseil des Ministres a marqué son accord pour la mise en place du « Early Warning System » en matière de cybersécurité.

Le CERT.BE et le CCB (Computer Emergency Respons Team du Centre Cybersécurité Belgique) vont acquérir l’outil « Early Warning System ».

Il s’agit d’une plate-forme automatisée pour l’échange proactif d’informations concernant les incidents et les menaces. Les secteurs concernés sont les infrastructures critiques, le transport, l’énergie, les télécommunications, les finances, l’eau, les fournisseurs internet, la santé et les autorités.

Charles Michel, Premier Ministre : « En effet, vu les risques de plus en plus grands de cyber terrorisme, les secteurs vitaux doivent être avertis rapidement des attaques. Ils peuvent ainsi réagir correctement contre des intrusions, des vols de données ou encore de destruction de leurs systèmes. Cette plateforme permettra aux entreprises d’augmenter le niveau de cyber sécurité de leurs installations IT ».

Cette plateforme réunira les entreprises des secteurs vitaux, le CCB, le CERT.be et ses partenaires.

Le Gouvernement fédéral a récemment approuvé le plan d’urgence en matière de cybersécurité. Aujourd’hui, l’arsenal préventif est complété avec la mise en place du « Early Warning System. »

Alexander De Croo, vice-Premier ministre et ministre des Télécommunications et de l’Agenda numérique : « Les cyberattaques et le cyberespionnage représentent une menace sans cesse grandissante pour notre sécurité nationale, notre compétitivité et notre économie. C’est pourquoi il importe que nous protégions au mieux les infrastructures et les secteurs vitaux de notre pays et que nous les informions rapidement d’éventuelles cybermenaces. Le Cyber Security Early Warning System assurera l’échange proactif d’informations avec eux afin de leur permettre de se prémunir par exemple contre le hacking ou le vol de données ».

Votre avis nous intéresse!

Avis