#DUMPING #SOCIAL

DUMPING SOCIAL

« Nous plaidons sans relâche pour un secteur de la construction socialement équitable et économiquement sain »
Les diverses manifestations syndicales récentes menées par la FGTB contre l’utilisation de « travailleurs détachés » trouve un écho.
Pour la Confédération Construction, l’organisation patronale de cet important secteur, la lutte contre le dumping social et la concurrence déloyale reste primordiale. « Les employeurs ont un objectif très clair : maintenir l’emploi belge et rétablir la compétitivité des entreprises », dit Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération. (…)
La Confédération Construction est également à la tête du combat contre la concurrence déloyale. Il y a deux ans déjà, elle a demandé au gouvernement d’introduire une baisse des charges salariales dans le secteur de 6 €, afin de restaurer la compétitivité des entreprises de construction belges. Elle a réitéré sans cesse cette demande jusqu’à aujourd’hui, mais en dépit de l’engagement formel du gouvernement, il n’en est jusqu’ici encore rien ressorti.
Le dumping social touche tant les travailleurs que les employeurs. « Nos entreprises de construction se voient contraintes de licencier des travailleurs permanents parce qu’elles ne sont plus compétitives. Et les licenciements n’empêchent pas que des entreprises fassent faillite et que le nombre de faillites augmente d’année en année. Est-ce là le modèle économique que nous voulons ? ».
Les entreprises de construction ont donc aussi tout intérêt au renforcement du contrôle social des travailleurs détachés. Robert de Mûelenaere (notre photo) poursuit : « La construction est l’un des rares secteurs à donner ce message d’une seule et même voix. Les entreprises de construction flamandes, wallonnes et bruxelloises, grandes et petites, militent pour un secteur de la construction socialement équitable et économiquement sain ».
L’emploi belge dans la construction est resté stable en 2016. Selon la Confédération, ceci n’a été possible que grâce aux bonnes performances économiques du secteur, liées à des facteurs non structurels et exceptionnels, comme, notamment, un important effet d’anticipation de la demande de travaux en Flandre, constaté juste avant l’entrée en vigueur des exigences PEB plus strictes début 2016.
Et Robert de Mûelenaere de conclure : « Cette situation favorable est temporaire ; elle disparaîtra cette année. Nous craignons dès lors un nouveau recul de l’emploi salarié en 2017 et nous plaidons pour une approche commune des problématiques du dumping social et de la concurrence déloyale supportée par tous les partenaires sociaux du secteur de la construction ». (Photo : @Bernard Rosenbaum)

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article