Des activistes anti-glyphosate face à la justice belge: Suspension du prononcé et acquittement

Alors que l’Union Européenne a finalement décidé de prolonger la licence
du glyphosate pour 5 ans grâce au retournement de veste de l’Allemagne,
la justice belge reconnaît aujourd’hui 7 activistes coupables des faits
qui leur sont reprochés après avoir fait une action pour dénoncer le
rôle des lobbys dans ce processus de décision européen.

Depuis 2015, l’EZLN cherche à dénoncer les crimes climatiques, sociaux
et environnementaux des grandes entreprises et leur ingérence dans les
affaires publiques au travers du lobbying. Le 9 mai 2017, une centaine
d’activistes a fait une action dans les bureaux du lobby ECPA afin de
lancer l’alerte sur les stratégies anti-démocratiques exercées par les
industries commerçant le glyphosate. A la suite de cette action, 9
activistes ont été arrêté.e.s judiciairement et poursuivis par l’Etat
belge pour graffitis et dégradation de biens mobiliers et immobiliers.

Lors du procès qui a eu lieu le 9 novembre 2017, plus de 200 personnes,
ainsi que plusieurs organisations, se sont rassemblé.e.s devant le
Palais de Justice pour montrer leur soutien. Les avocats assurant la
défense des 9 activistes ont insisté sur leur rôle de lanceurs d’alerte
des procédures démocratiques outrepassées et transgressées par
l’industrie des pesticides. De son côté, le procureur a requis une
amende.

Le jour du procès, les Etats membres de l’UE se réunissaient pour
décider de la prolongation ou non de la licence commerciale du
glyphosate, la décision avait alors été reportée. Depuis lors, une
majorité a été trouvée au sein des Etats membres de l’UE pour approuver
la prolongation de la licence pour 5 ans grâce au changement de position
de l’Allemagne. Cette dernière, s’étant toujours abstenue, a finalement
voté pour. Le ministre de l’agriculture allemand, dans une position
délicate électoralement, a donc retourné sa veste, se mettant dans la
poche le soutien des puissants syndicats agricoles bavarois.

Aujourd’hui, la justice belge décide d’acquitter 2 activistes et
reconnaît, les 7 autres, coupables des faits reprochés. Cependant, elle
leur accorde une suspension du prononcé pour une durée d’un an. L’EZLN
tient à dénoncer cette justice à deux vitesses qui condamne celles et
ceux qui défendent l’intérêt public et laisse impunies nombre de
multinationales et d’industries coupables de crimes sociaux et
environnementaux et manipulant les processus démocratiques pour défendre
leurs intérêts privés.

Votre avis nous intéresse!

Avis