De nouvelles aides pour encourager la recherche scientifique à Bruxelles



A l’initiative de Fadila Laanan, Secrétaire d’État en charge de la Recherche scientifique, le Parlement bruxellois a adopté, vendredi, les nouvelles ordonnances règlementant le financement de la recherche, du développement et de l’innovation à Bruxelles. Ce nouveau cadre législatif vise d’abord à assurer une plus grande sécurité juridique aux demandes d’aide, mais aussi et surtout à stimuler les projets de recherche dans la capitale.

Le nouveau cadre légal prévoit ainsi un élargissement des bénéficiaires des aides financières régionales. Désormais, les entreprises du secteur non-marchand, dont les ASBL, pourront également participer à des projets de recherche scientifique. Cette modification introduit notamment la possibilité de travailler avec une autorité administrative comme partenaire de recherche.

Dans la même veine, les aides financières sont désormais étendues à d’autres typologies d’innovation. Au-delà de l’innovation technologique, l’innovation organisationnelle et l’innovation sociale seront dorénavant aussi prises en considération.

Enfin, de nouveaux mécanismes de financement permettront de soutenir les étapes-clé de la vie des entreprises en vue d’obtenir une meilleure couverture de leurs besoins, ce qui devrait améliorer sensiblement la chaine de l’innovation.

Les demandes d’aide sont à introduire auprès d’Innoviris, l’institut d’encouragement de la recherche scientifique et de l’innovation qui soutient et finance la politique de recherche et développement de la Région bruxelloise.

« La région bruxelloise est une région fortement urbanisée dont le tissu économique présente des caractéristiques (économie de services, peu d’industries, forte présence du secteur non-marchand, etc.) qui influencent à la fois la manière dont les acteurs régionaux innovent et la nature même des porteurs d’innovation. Ces particularités bruxelloises rendent nécessaire le soutien à de nouveaux acteurs porteurs d’innovation et aux nouvelles formes d’innovation adaptées à un contexte urbain », explique Fadila Laanan.

L’ouverture du dispositif de financement à de nouveaux instruments et à de nouveaux bénéficiaires vise justement à s’adapter à cette réalité et donc à favoriser le développement de l’innovation sous toutes ses formes.

« Ces nouvelles ordonnances doivent inciter les acteurs de la recherche, aussi bien du monde académique que du monde entrepreneurial ou associatif, à mener des projets de développement et d’innovation en plus de ceux qu’ils mènent normalement dans le cadre de leurs activités quotidiennes. Mais notre ambition est également de toucher des acteurs qui ne mènent habituellement pas de tels projets », conclut Fadila Laanan.

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article