De nouveaux feux de signalisation préviennent les piétons (et les cyclistes) de l’arrivée imminente d’un tram

De nouveaux feux de signalisation préviennent les piétons (et les cyclistes) de l’arrivée imminente d’un tram
Un test est opérationnel dès aujourd’hui à Koekelberg

A l’initiative de la Secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière Bianca Debaets et du Ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux Publics Pascal Smet, Bruxelles Mobilité et la STIB ont installé des feux de signalisation indiquant aux piétons l’arrivée imminente d’un tram sur 2 traversées (cyclo-)piétonnes de voies de tram de l’avenue du Panthéon, à Koekelberg. Il s’agit d’un test, opérationnel depuis ce matin. Ces nouveaux feux peuvent être installés au niveau de traversées (cyclo-)piétonnes de voies de trams à des endroits dépourvus de tout autre feu, où la visibilité entre usagers s’avère très faible et sur des sites propres où le tram prend naturellement de la vitesse. Ces nouveaux feux constituent ainsi un outil supplémentaire pour renforcer la sécurité routière des Bruxellois.
Ces nouveaux feux fonctionnent sur base de détection du tram en approche. Ils sont donc éteints en l’absence de trams et ils clignotent dès qu’un tram est détecté à proximité, prévenant ainsi le piéton/cycliste de son arrivée. Deux types de feu différents sont testés à Koekelberg :
• Le feu avec une silhouette rouge clignotante (appelé R25 et déjà utilisé en France) qui demande clairement au piéton de s’arrêter pour laisser passer le tram. Ce feu est également couplé avec un feu d’arrêt pour le tram
• Le feu avec l’icône d’un tram clignotant (appelé TWL et déjà utilisé aux Pays-Bas) qui informe de l’arrivée du tram.
Les deux feux sont testés en même temps sur deux traversées voisines. Le test actuel permet non seulement d’évaluer la perception et les réactions des usagers mais également d’évaluer la partie technique de l’installation.
« Il s’agit d’une phase test et, en fin de compte, nous retiendrons un de ces feux si son efficacité est prouvée lors du test », précise Bianca Debaets, la Secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière. « L’objectif majeur est d’éviter les prises de risque par les usagers vulnérables. En effet, il y a de nombreux endroits en Région bruxelloise où les piétons/cyclistes peuvent traverser des voies de tram en l’absence de tout feu. Or, lorsque le tram roule vite et que la visibilité est faible, un danger réel existe. D’où l’intérêt de ce dispositif qui est employé dans d’autres villes européennes. Pour la sécurité routière de nos concitoyens, c’est essentiel ».
« Améliorer la sécurité de tous les usagers et offrir des pistes d’amélioration sur le réseau, c’est notre objectif. Avec ce test nous allons tirer des enseignements pour l’avenir. Cela peut paraître anecdotique, mais quand il s’agit de la protection des piétons, il n’y a pas de petites mesures. Toutes sont importantes », a déclaré Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux Publics.
Le but n’est donc vraiment pas de généraliser ce type de feux partout mais bien de ne les utiliser qu’à des endroits spécifiques, et particulièrement là où il n’y a pas de feux sur la traversée (cyclo-)piétonne de la chaussée.

Votre avis nous intéresse!

Avis