Dans le cadre de l’accord d’été du gouvernement



Dans le cadre de l’accord d’été du gouvernement :

Fins de carrières adoucies
Extension des flexijobs
Les médecins qui prescrivent beaucoup de jours de maladie devront se justifier

BRUXELLES, 15/09/2017 – Maggie De Block, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, prend quelques mesures supplémentaires dans le cadre de l’accord d’été du gouvernement: travailler plus longtemps deviendra davantage faisable et tenable grâce aux fins de carrières adoucies, les médecins qui prescrivent trop de jours de maladie devront se justifier et les flexijobs seront étendus aux pensionnés et au commerce de détail. Un cadre distinct sera créé afin de permettre aux malades de longue durée porteurs d’un handicap de retourner travailler sur le marché du travail ordinaire.

Fins de carrières adoucies
L’objectif est de rendre le prolongement de la carrière plus « faisable, plus tenable ». Nous évitons ainsi qu’ils ne doivent dépendre d’une indemnité.

La proposition de la ministre De Block « fins de carrières adoucies » repose sur une idée du secteur métallurgique mais :
– Vaut pour tous les secteurs économiques.
– S’adresse aux personnes qui veulent terminer leur carrière « en douceur » et travailler à 4/5, qui ne veulent plus faire les pauses ou travailler la nuit, qui souhaitent prendre un emploi avec moins de responsabilités et par exemple faire du coaching…
– Système plus simple:
o La prime est payée par l’employeur (la prime ne couvre pas tout à fait la perte de revenus causée par un salaire moins élevé mais est tout de même avantageuse pour le travailleur)
o Prime = accord entre l’employeur et le travailleur.
o L’employeur ne paie pas de charges sociales sur la prime.
– Impact sur le budget:
o Certaines personnes prendront leur pension plus tard.
o D’autres opteront pour une fin de carrière « adoucie » plutôt que pour un crédit temps à temps partiel et ces coûts sont donc éliminés.
o D’autres personnes resteront au travail plus longtemps et paieront des cotisations de sécurité sociale plus longtemps (moins élevées mais tout de même encore une partie).
o Les gens qui ne se voient plus exercer un travail lourd ne devront pas dépendre d’une indemnité (pas de coûts pour la société).
– Selon les calculs du SPF Sécurité sociale, entre 23.000 et 28 000 personnes pourraient avoir recours à ce système.

L’idée s’inspire d’une proposition de l’industrie métallurgique:
– Dans le secteur métallurgique, une prime est versée par le fond sectoriel aux travailleurs qui ne font par exemple plus les pauses ou ne travaillent plus de nuit après 60 ans. Elle leur permet de réduire leurs prestations progressivement.
– Pas de charges sociales à payer sur cette prime.
– La proposition fera encore l’objet de discussions.

Extension des flexijobs
– Les flexijobs qui ont été mis en place en 2015 pour l’horeca seront désormais étendus aux retraités et au commerce de détail.
– La condition reste de travailler minimum à 4/5.
– Les retraités pourront également utiliser le système pour rester actifs de manière flexible et gagner un revenu supplémentaire.
– Les indépendants actifs dans le commerce de détail, comme les bouchers, pourront engager des travailleurs de manière plus souple et ainsi gérer plus facilement les périodes chargées.

Responsabilisation des médecins par rapport à la prescription de jours de maladie
– Des lignes directrices seront établies pour les médecins en ce qui concerne la prescription de jours de maladie afin qu’ils soient clairement informés de la manière dont ils doivent fixer les périodes d’absence.
– On déterminera de manière objective chez quels médecins la durée et le nombre de périodes d’incapacité de travail diffèrent de celles des médecins ayant un profil similaire.
– Ces différences pourront s’expliquer par des motifs objectifs et justifiés. Si ces motifs font défaut, les médecins devront se justifier.

Emplois de réintégration professionnelle
– Les malades de longue durée ou les personnes porteuses d’un handicap qui souhaitent retourner travailler sur le marché du travail ordinaire ne peuvent aujourd’hui pas toujours le faire.
– L’objectif est d’identifier et d’éliminer les obstacles existants.
– Un nouveau système de droit du travail sera créé.

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article