Création du Conseil national de la productivité

Création du Conseil national de la productivité
Sur proposition du ministre de l’Economie Kris Peeters, le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi portant création du Conseil national de la productivité.

A l’échelle de la productivité européenne, la Belgique est dans le peloton de tête. Il n’y a que trois pays où une heure de travail effectuée crée plus de valeur ajoutée qu’en Belgique. (L’Irlande, le Luxembourg et la Norvège). La Belgique est donc un pays particulièrement attractif pour investir.

Kris Peeters : « A la demande de l’Europe, chaque pays doit évaluer sa productivité nationale afin de la stimuler d’avantage. En Belgique, comme nous avons deux entités compétentes en la matière, nous avons décidé de créer un Conseil national de la productivité qui les réunit en un seul conseil. Ce Conseil sera une structure indépendante. Il a pour missions d’analyser et de trouver des solutions pour augmenter notre productivité. »

L’avant-projet de loi a comme objectif de régler la mission, la composition et le fonctionnement du Conseil national de la productivité, institué au sein du Conseil central de l’économie. En exécution de la recommandation du 20 septembre 2016 du Conseil de l’Union européenne, le Conseil national de la productivité analysera l’évolution de la productivité et les défis politiques en la matière. Il évaluera en outre les conséquences des options politiques possibles.

Le Conseil national de la productivité comprendra 6 membres provenant des entités régionales et 6 membres du Fédéral. La composition au niveau fédéral est comme suit : 2 membres désignés par le Conseil Central de l’Economie, deux par le Bureau du Plan et deux par la Banque National. Le Président du Conseil sera l’un des deux membres du Conseil Central de l’Economie.

Le ministre de l’Economie est mandaté pour soumettre l’avant-projet au Comité de concertation, en vue de déterminer les délégations des Régions. L’avant-projet pourra ensuite être soumis à l’avis du Conseil d’Etat.

Votre avis nous intéresse!

Avis