CP – Julien Uyttendaele – Carburants alternatifs : « Il est temps d’être à la hauteur de nos ambitions ! »

Le Parlement bruxellois a adopté il y a un an, à l’initiative du député Julien Uyttendaele (PS), une résolution visant à favoriser un « fuel shift » et le développement d’un réseau de stations au gaz naturel compressé (CNG). « L’objectif premier de cette résolution est bien entendu de santé publique. Les particules fines ont des conséquences dramatiques sur la santé des Bruxellois tout particulièrement. En Belgique, ce sont 12.000 personnes qui décèdent chaque année de l’exposition aux particules fines et l’on sait que le transport en est le premier responsable ».

 

Pour diminuer drastiquement de telles concentrations, il est évident que les alternatives à la voiture demeurent primordiales. Toutefois, on ne fera pas disparaître les voitures et camions en un claquement de doigts, même si cela doit rester l’objectif à moyen et long terme. Le député préconise donc un « Fuel Shift » en faveur du Gaz naturel compressé.

 

« Les avantages du CNG ne sont plus à démontrer. Sa disponibilité immédiate, son faible taux d’émissions de polluants (jusqu’à 95% de particules fines et 30% de CO2 en moins que les carburants traditionnels) et le fait qu’il soit financièrement accessible pour les ménages (moins cher que le diesel et l’essence), font du CNG une alternative crédible à court terme face aux carburants classiques. Il est même possible d’adapter une partie de la flotte actuelle, pas nécessaire donc d’acquérir un véhicule neuf ».

 

Malgré ces constats unanimes, la Région bruxelloise reste la seule région du pays à ne pas disposer d’un programme concret de déploiement. « Il est plus que temps de rattraper notre retard. Il en va de notre cohérence vis-à-vis des autres actions menées par le gouvernement bruxellois comme l’entrée en vigueur de la zone de basse émission, la réforme environnementale de la fiscalité automobile et l’interdiction du diesel pour les flottes publiques. De nombreux pays européens, mais aussi la plupart des constructeurs automobiles, ont compris bien avant nous la pertinence de ce carburant ».

 

Qu’est-ce qui manque pour permettre aux Bruxellois de troquer leur vieux diesel pour un véhicule roulant au CNG ? Des stations ! Il n’y a quasi pas de stations délivrant du CNG sur le territoire bruxellois. « C’est le principe de l’œuf et la poule. Les voitures sont disponibles sur catalogue et ne coûtent pas plus cher que les véhicules au diesel, mais personne ne les commande, faute de station d’approvisionnement ».

 

Le député Julien Uyttendaele plaide pour une démarche volontariste du gouvernement garantissant le lancement concret de minimum un projet de station par commune d’ici 2019. « Il est urgent de lancer une étude de faisabilité, d’obtenir les permis nécessaires et d’identifier un lieu par commune qui pouvant accueillir une station au CNG d’ici 2019. »

 

La balle est désormais dans le camp du gouvernement et de la Ministre Céline Fremault.

 

Votre avis nous intéresse!

Avis