Contamination des œufs : de nouveau, les éleveurs et les consommateurs sont les dindons de la farce !



Le Ministre wallon de l’Agriculture, René COLLIN, constate qu’une nouvelle fois, les citoyens et les agriculteurs sont victimes des agissements frauduleux de l’industrie. Les crises de la vache folle, de la dioxine, du poulet chloré, et de la viande chevaline ont toutes été provoquées par des fraudes ou des manipulations auxquelles le monde agricole était totalement étranger et en a été, au contraire, victime tout comme d’ailleurs les citoyens-contribuables.
Face aux révélations de la contamination d’œufs par une substance totalement interdite dans l’élevage, il est plus qu’urgent que les autorités sanitaires fédérales assurent une transparence totale des lots incriminés, de la source de la contamination, de l’organisation des contrôles et des mesures prises pour informer les consommateurs.
Cette crise, qui n’est due qu’à une fraude industrielle, jette injustement le discrédit sur tous nos éleveurs, même s’il est bien sûr rappelé que tous les œufs laissés sur le marché sont garantis de qualité irréprochable. Pour René COLLIN, la Wallonie ne peut accepter que tous les efforts fournis par ses éleveurs, avec le support de ses propres leviers politiques, ne soient mis à mal par des fraudes ou des défaillances !
Le Ministre COLLIN a par ailleurs chargé ses services d’accompagner les éleveurs victimes, directes ou indirectes, de cette contamination dans la défense de leurs intérêts.
La Wallonie compte 70 éleveurs professionnels de poules pondeuses, soit 1,7 million de poules qui produisent 12,6% de la production nationale d’œufs. Plus de 40% des exploitations wallonnes sont reconnues en bio et plus de 20% pratiquent l’élevage en plein air. Ces chiffres sont en constante progression. En effet, dans ses politiques agricole et environnementale, la Wallonie privilégie depuis plusieurs années une agriculture de qualité et des exploitations de taille raisonnable liée à la valorisation de nos espaces.
La crise actuelle interpelle quant aux réelles priorités de la politique de contrôle sanitaire. Il serait inconcevable pour René COLLIN que les récentes révélations ne forcent pas une redéfinition des cibles prioritaires des contrôles.
La santé de nos concitoyens et le respect de celles et ceux qui travaillent à leur fournir des produits de qualité exigent une prise de responsabilités sans concession à l’égard de toute fraude et de tout dysfonctionnement.

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article