Collections du château de Malicorne

Collections du château de Malicorne
SOUVENIRS HISTORIQUES DU MARECHAL OUDINOT
Vente le 13 juin, à 18h, à Paris

Rare habit de l’uniforme de cérémonie des maréchaux d’Empire, du Comte de l’Empire Nicolas-Charles Oudinot, époque 1er Empire, modifié à la Restauration, estimation : 100 000 – 120 000 € / 110 000 – 132 000 $ ; Château de Malicorne, Malicorne-sur-Sarthe, XVIIIe siècle

Paris – Le 13 juin prochain, Artcurial dispersera une partie des collections du Château de Malicorne, dans la Sarthe. Construit au XVIIIe siècle sur les ruines d’une ancienne bâtisse médiévale, il a été acquis vers 1850 par Caroline Oudinot, l’une des filles du Maréchal d’Empire Nicolas-Charles Oudinot (1767-1847). Elle y a conservé une partie des collections de son père, qui, depuis, sont restées entre les mains de la même famille. Composé de 300 lots, l’ensemble comprend près d’une centaine de souvenirs historiques du maréchal Oudinot.

Parmi eux, l’habit de l’uniforme de cérémonie porté par les Maréchaux lors du Sacre de l’empereur Napoléon Ier en 1804, estimé 100 000 – 120 000 € / 110 000 – 132 000 $, et des effets personnels tels que ses épaulettes, ses décorations militaires, ses portefeuilles ou encore sa collection de pipes en écume de mer.

De nombreux manuscrits et archives complètent cet ensemble, dont une correspondance espistolaire de plus de 100 lettres signées de la duchesse de Berry et adressées à la maréchale Oudinot, sa dame d’honneur.

Enfin, près d’une centaine de meubles et objets d’art de différentes époques évocant la vie des habitants successifs du château sont offerts à la vente ainsi qu’un très bel ensemble d’argenterie, dont la plupart des pièces sont armoriées.

“Nous sommes heureux de faire redécouvrir l’histoire passionnante du plus valeureux Maréchal d’Empire de Napoléon, surnommé par l’Empereur : le Bayard de l’armée française, sans peur et sans reproche ! Cette vente retrace la vie trépidante du Maréchal, ses souvenirs mais aussi l’histoire du Château de Malicorne dans lequel étaient conservées ses précieuses collections.” Stéphane Aubert, Directeur associé, Département Inventaires & Collections, Artcurial

Votre avis nous intéresse!

Avis