Ce week-end, le PTB va chercher de l’inspiration dans la Barcelone d’Ada Colau

Ce week-end, le PTB va chercher de l’inspiration dans la Barcelone d’Ada Colau

Alors que la question des rémunérations des mandataires politiques et de l’éthique politique est d’une actualité brûlante avec le scandale du Samusocial, le PTB participera ce week-end à une conférence organisée organisée par la Ville de Barcelone et Barcelona en Comú, l’organisation d’Ada Colau, la bourgmestre de Barcelone. Celle-ci, qui s’est fait connaître comme activiste avant d’être élue en 2015, a démarré son mandat en diminuant son salaire et en prenant des mesures de tolérance zéro envers la corruption et la politique de l’enrichissement personnel.
Du 9 au 11 juin, Peter Mertens, le président du PTB, et Lise Vandecasteele, conseillère PTB de CPAS à Anvers, participent ainsi au Fearless Cities Summit (le sommet des villes sans peur), une conférence internationale organisée par la Ville de Barcelone et Barcelona en Comú, l’organisation d’Ada Colau, la bourgmestre de Barcelone.
Ada Colau a commencé comme activiste au sein de la PAH, une plateforme qui a mené la lutte contre les expulsions de logements par les banques. Avec son mouvement politique Barcelona en Comú, elle a remporté les élections en 2015 et est à la tête de la ville depuis le 13 juin 2015.
Le travail d’Ada Colau pour une ville à dimension humaine est devenu une source d’inspiration internationale. La conférence rassemble plus de 600 participants venus de 180 villes de 40 pays. Plus de 100 plateformes d’action communales et municipales y seront représentées. L’événement peut être suivi via la campagne #FearlessBCN (voir le programme complet ici : www.fearlesscities.com).
Une des premières mesures d’Ada Colau quand elle a pris ses fonctions a été de diminuer drastiquement son propre salaire de bourgmestre et d’instaurer une politique de tolérance zéro envers la corruption et la politique de l’enrichissement personnel. Cela a débouché sur le « code Colau », une série d’engagements pour diriger et gérer une grande ville comme Barcelone de manière éthique et au service de ses habitants.
Pendant tout le week-end, Peter Mertens et Lise Vandecasteele participeront à divers ateliers et activités. La conférence débute le vendredi 9 juin à 19 heures par un grand meeting public où des bourgmestres de villes du monde entier prendront la parole – depuis les maires de Barcelone et de Madrid jusqu’à ceux de Berkeley (États-Unis) et de Vancouver (Canada).
La conférence internationale est intitulée « Villes sans peur ». En effet, elle rassemble des gens du monde entier pour créer un réseau global de solidarité et d’espoir, dans lequel les villes et les communautés locales peuvent jouer un rôle central. Il y a là une très riche source d’inspiration pour tous les défis qui se posent afin de mener une politique centrée sur l’être humain et renforçant les services sociaux et publics.
Samedi matin, Peter Mertens participera à l’atelier « Policy roundtable : Mobility and pollution » (table ronde politique sur la mobilité et la pollution) et l’après-midi à l’atelier « Public space » (espace public). Dimanche, il prendra la parole lors du meeting sur les droits sociaux et le logement (« Social rights & housing ») et lui et Lise Vandecasteele prendront part à la discussion sur la « Remunicipalization ». Samedi, Lise Vandecasteele participera à l’atelier « Municipalism for dummies » (le municipalisme pour les nuls) et à l’atelier « Public space ».
PTB

Votre avis nous intéresse!

Avis