Autoriser le 130 km/h



« Autoriser le 130 km/h, c’est faire augmenter le nombre de victimes ! »
Bianca Debaets réagit fermement par rapport à la mesure envisagée par le Ministre Bellot

La Secrétaire d’État régionale bruxelloise à la Sécurité routière Bianca Debaets a réagi à la suite des propos du Ministre Fédéral de la Mobilité François Bellot qui « envisage de rendre possible l’installation de tronçons d’autoroute à 130 km/h ». Pour Bianca Debaets, aller dans cette direction n’aurait aucun sens puisqu’il n’y a quasiment aucun avantage alors qu’on augmenterait à la fois la pollution, les problèmes de mobilité et surtout le nombre d’accidents, en particulier les accidents mortels. Bianca Debaets, qui plaide plutôt pour des vitesses variables à la baisse dans certaines circonstances, indique vouloir s’opposer fermement à une telle mesure.
« Arriver à destination quelques secondes plus vite, voilà le seul bénéfice de la mesure suggérée par le Ministre Fédéral de la Mobilité », avertit Bianca Debaets la Secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière. « Moi je suis plutôt en faveur d’une limitation réduite à certains endroits délicats comme c’est d’ailleurs le cas pour le virage de Forest, sur le Ring de Bruxelles. On pourrait aussi envisager des vitesses réduites de façon variable en fonction de l’heure ou de la densité du trafic. Ils le font aux Pays-Bas et cela porte ses fruits, nos voisins néerlandais faisant partie du top 3 européen dans le classement des pays ayant le moins de victimes de la route. En ce qui concerne une limitation à 130 km/h, je suis totalement contre et, au niveau de la Région bruxelloise, je peux vous certifier que je m’opposerai fermement à une telle mesure. C’est en tout cas comme un coup de poignard porté dans le dos des personnes qui ont déjà perdu un être cher dans un accident de la circulation ».
540 victimes tuées sur place lors d’un accident de la route en 2016 pour un total de 50.957 blessés, la Belgique est très loin de figurer parmi les meilleurs élèves au niveau européen. Rien qu’en Région bruxelloise, on a comptabilisé, en 2016, 4526 blessés et 11 tués. La plupart de ces accidents sont dus à une vitesse excessive. L’idée du Ministre François Bellot arrive donc à contresens. La Secrétaire d’État Bianca Debaets évoque d’autres éléments pour clarifier sa position.
« Augmenter la vitesse maximale autorisée à 130 km/h amèneraient des personnes à rouler encore plus vite, une marge de tolérance étant souvent d’application. De plus, comparativement à d’autres pays, notre réseau autoroutier est très dense, avec énormément d’entrées et de sorties – 1 tous les 5 kms en moyenne pour 1 tous les 50 kms au niveau européen – et donc cela augmenterait fortement le risque de situations conflictuelles et d’accidents graves. Il faut aussi évoquer la dimension environnementale avec davantage de particules fines et donc davantage de pollution. Enfin, il est aussi prouvé qu’en termes de mobilité c’est plutôt la diminution des vitesses maximales qui permettrait d’améliorer la situation et non pas l’inverse, une étude récente de l’IBSR venant encore de le prouver de manière concrète », conclut Bianca Debaets.

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article