ArtWork BXL : 3 artistes qui évoluent dans le graffiti et le street-art en résidence à la Manufacture 111 Bruxelles

Du 26 octobre 2017 au 23 décembre 2017, la Manufacture 111 Bruxelles expose les créations in situ de trois artistes évoluant dans le graffiti et le street-art : Solo Cink (Belgique), Raphael Federici (France) et Djamel Oulkadi (Belgique). L’exposition couronne une résidence pendant laquelle les artistes auront laissé cours, ensemble, à leur créativité. Ils prendront librement possession des supports qu’offre la galerie, au gré de l’alchimie que produit leur rencontre. Le résultat sera à découvrir en avant-première lors du vernissage, le 24 octobre 2017, à 18h30.
Raphael Federici (France) vit et travaille à Paris mais, depuis 2012, sillonne la planète en quête de murs à peindre. Il travaille aussi bien en atelier qu’en milieu urbain, pratiquant un art « tout terrain » : il allie techniques classiques « nobles » et autres – aérosol, illustration, sculpture, projection -, jusqu’à la menuiserie ou la maroquinerie, déployant une esthétique qu’il qualifie lui-même de « pop-expressionniste ».
« Geometric writer », ainsi se qualifie Djamel Oulkadi (Belgique). Parti du graff, il a développé un type d’intervention monumental qui apparente son style à la tradition calligraphique arabo-musulmane tout en y incluant le caractère hypnotique et vertigineux de l’Optic-art. Il en résulte des fresques quasiment baroques. Le regard est continuellement renvoyé de l’ensemble au détail, suivant le cheminement des motifs et de formes entrelacés, puissamment servis par la couleur. Djamel Oulkadi  pratique aussi un travail tout en noirs et blancs, plus glacé, plus aérien, dans une veine d’inspiration surprenante en comparaison de la vitalité débordante de ses autres œuvres.
Solo Cink (Belgique) est également issu du graffiti. Ses voyages l’amènent rapidement à la découverte de la calligraphie. Il se l’est appropriée de manière toute personnelle, avec une époustouflante maîtrise. La puissance de son travail tient à l’équilibre qui marque ses productions et à sa maîtrise dans la composition de formes géométriques. Ses motifs apparaissent alors avec une grande force symbolique, voire sacrée – ce que revendique d’ailleurs l’artiste. Son travail suit cependant l’inspiration du lieu où il intervient : surgit alors tantôt un univers fantastique et coloré, un chaos savamment organisé, tantôt, avec une force égale, une inspiration plus austère et sombre, absolument minimaliste.
Pour mémoire, la Manufacture 111 est née d’un projet pluridisciplinaire en 2013, à Paris, centré sur les des cultures urbaines. Pérennisée en 2015, cette structure accompagne des artistes de toutes origines et de parcours divers au long des différentes étapes de leur cheminement. Dans ce cadre, elle propose aux artistes des résidences croisées et organise expositions, concerts et spectacles et un travail sur les publics. Bruxelles accueille la première étape d’un développement international de Manufacture 111 imprimant à l’actualité du graff de la Capitale de l’Europe l’originalité de sa ligne artistique : mêler techniques, cultures et influences à travers une proposition de résidence d’artistes d’origines différentes, en suscitant des œuvres collaboratives inédites.
Informations pratiques
Exposition  « ArtWork BXL » à la Manufacture 111 Bruxelles  – 537 chaussée de Boondael à 1050 Ixelles, du 26.10.2017 au 23.12.2017. Ouvert, le jeudi de 15h00 à 21h00, le vendredi et le samedi de 11h00 à 19h00, le dimanche de 11h00 à 18h00. Entrée : 3€. Renseignements : Manufacture 111 :

Votre avis nous intéresse!

Avis