Un accord de coproduction cinéma

Le Ministre-Président de la FWB Rudy Demotte, la Ministre de la Culture Alda Greoli et le Ministre-Président Chilien de la culture signent un accord de coproduction cinéma

Le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Rudy Demotte, la Ministre de la Culture Alda Greoli et le Ministre-Président du Conseil National de la Culture et des Arts du Chili, Ernesto Ottone, ont procédé à la signature d’un accord de coproduction cinéma avec le Chili.

Le Ministre-Président avait rencontré il y a deux ans M. Ottone lors d’une mission au Chili où ils avaient déjà pu aborder ce sujet. Pour Rudy Demotte : « Cette signature signifie l’aboutissement de cinq années de négociations. Le Chili occupe une position importante en matière de cinéma à l’échelle internationale, cet accord constitue dès lors un enrichissement culturel considérable et la promesse de découverte de partage créatif sans équivalent ».

Au-delà de l’opportunité artistique cet accord constitue une opportunité économique. Le Chili dispose de plusieurs systèmes de soutien, dont une aide sélective avec un programme spécifique pour les coproductions. Il est particulièrement actif en matière de promotion internationale. L’établissement d’un accord de coproduction donne aux films coproduits le statut de film « national », c’est-à-dire qu’il ouvre aux producteurs l’accès aux ressources disponibles sur les territoires de la coproduction.

La Fédération Wallonie-Bruxelles propose quant à elle des aides sélectives culturelles et économiques. De plus, avec l’ouverture depuis janvier 2015 du système du Tax shelter à des films non européens coproduits dans le cadre d’un accord de coproduction, un film majoritairement chilien pourrait bénéficier directement du Tax shelter. En outre, la coproduction avec la Fédération ouvre de facto l’accès au marché européen en termes de distribution et de diffusion.

La Fédération Wallonie-Bruxelles conclut des accords avec la plupart des pays européens via la Convention européenne de coproduction (Traité 147 du Conseil de l’Europe) et des accords bilatéraux spécifiques avec les pays considérés comme prioritaires en la matière, comme la France ou la Suisse. Cependant, les difficultés de financement de nos films (notamment sur le marché français) ainsi que la volonté de développement de la diversité culturelle ont poussé la Fédération à rechercher de nouveaux pays partenaires en la matière. C’est ainsi qu’un accord a été signé avec les Pays- Bas en février 2016 et que des accords de coproduction sont actuellement en négociation avec le Mexique, le Brésil et l’Uruguay, l’ouverture à l’Amérique latine étant une des priorités en la matière.

Votre avis nous intéresse!

Avis